Conférence des droits fondamentaux 2013

L’édition 2013 de la conférence sera placée sous le thème « Combattre les crimes de haine dans l’UE »

Conférenciers

La crise socio-économique de l'Europe s'est révélée être un terreau fertile pour les préjugés et, dans certains cas, la violence contre les groupes les plus vulnérables de notre société, tels que les Roms, les migrants et les minorités ethniques et religieuses. Les données recueillies par l'Agence européenne des droits fondamentaux (FRA) ainsi que d'autres organisations montrent que les crimes haineux sont une réalité quotidienne dans toute l'UE. Les crimes motivés par le racisme, la xénophobie, l'intolérance religieuse ou par un préjugé concernant le handicap d'une personne, l'orientation sexuelle ou l'identité de genre, ne nuisent pas seulement aux personnes qui en sont la cible, mais également à la communauté toute entière. Ils frappent donc au cœur des engagements de l'UE concernant la démocratie et les droits fondamentaux d'égalité et de non-discrimination.

La Conférence des droits fondamentaux réunira plus de 300 décideurs et professionnels de l’UE et des États membres, dont des représentants des institutions et organes de l’UE, d’organisations internationales, de gouvernements et de parlements nationaux, des autorités répressives, de la société civile et bien d’autres.

La Conférence des droits fondamentaux (FRC) est un événement annuel de haut niveau organisé par l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne. L’édition 2013 de la conférence sera placée sous le thème « Combattre les crimes de haine dans l’UE » et sera organisée en coopération avec la Présidence lituanienne du Conseil de l’UE.

Voici les principaux objectifs de la conférence:

 

  1. Élaborer des propositions concrètes pour assurer le suivi des avis de la FRA concernant les crimes de haine, qui sont formulés dans ses rapports sur ce thème
  2. Étudier des solutions pratiques destinées aux services d’aide aux victimes et adaptées à la situation et aux besoins spécifiques des victimes de crimes de haine
  3. Stimuler le débat sur les crimes de haine et échanger des idées et des pratiques sur la manière de les combattre tant au niveau de l’UE que de ses États membres
  4. Regrouper les données factuelles et l’expertise de diverses parties intéressées en vue de la révision prévue de la décision-cadre 2008/913/JAI du Conseil du 28 novembre 2008 sur la lutte contre certaines formes et manifestations de racisme et de xénophobie au moyen du droit pénal
  5. Renforcer la coopération entre les parties intéressées à différents niveaux afin de lutter plus efficacement contre les crimes de haine
     
Projet de programme