La FRA prépare une nouvelle enquête pour mieux prendre la mesure de l’homophobie et de la transphobie en Europe

Aujourd'hui, alors que la Journée internationale contre l'homophobie et la transphobie bat son plein, les droits des homosexuels, des bisexuels et des transsexuels (LGBT) sont mieux protégés qu'auparavant dans certains États membres de l'Union européenne. Ceci n'est cependant pas le cas de tous les États membres, ce qui souligne le fait qu'il incombe aux gouvernements concernés d'agir afin de garantir un traitement équitable pour tous les citoyens dans toute une série de domaines. L'Agence fournira des données concrètes aux décideurs politiques attestant les traitements injustes, les violations des droits et les actes de violence dont sont victimes les personnes LGBT, lorsqu'elle publiera les résultats de son enquête sur les personnes LGBT, début 2012.

Cette enquête en ligne menée à l'échelle de l'Union européenne permettra de recenser les expériences de discrimination et de délits inspirés par la haine touchant les personnes LGBT, ce qui n'a jamais été réalisé auparavant à une telle échelle. En 2012, l'Agence identifiera également les bonnes pratiques que les autorités ont adoptées afin de combattre la discrimination et les abus contre les personnes LGBT. Cette enquête sur l'homophobie, la transphobie et la discrimination sur la base de l'orientation sexuelle et de l'identité de genre au sein de l'Union européenne s'appuiera aussi sur les résultats d'études précédentes de l'Agence en matière. La plus récente d'entre elles, publiée en novembre 2010, mettait en lumière plusieurs tendances positives. Par exemple : 23 États membres protégeaient déjà les demandeurs d'asile homosexuels et bisexuels ; et 18 États membres ont élargi le champ de l'interdiction de la discrimination sur la base de l'orientation sexuelle à des domaines autres que l'emploi, dans le but de protéger les personnes LGBT dans des démarches telles que la recherche d'un logement ou l'ouverture d'un compte en banque.

Cependant, le rapport soulignaient tout de même qu'il reste beaucoup à faire, en particulier pour avoir raison de la réprobation sociale et des attitudes négatives, ainsi que pour lutter contre les traitements injustes, les abus et les actes de violence. L'Agence apporte son assistance au travail effectué par les institutions de l'Union européenne, aux gouvernements nationaux et à la société civile pour mettre fin aux traitements discriminatoires et inéquitables, à la partialité et aux préjugés, en particulier lorsque ceux-ci débouchent sur un discours et des actes criminels motivés par l'homophobie ou l'appartenance à un genre ou l'autre. Les homosexuels, les bisexuels et les personnes transgenre d'Europe ont autant le droit que quiconque de mener une vie libre et digne sans avoir à se dissimuler.

L'Agence salue la volonté politique constante de l'Union européenne et du Conseil de l'Europe de mettre fin aux préjugés contre les personnes LGBT exprimée dans leurs prises de position d'aujourd'hui condamnant énergiquement l'homophobie et la transphobie.

Pour plus d'informations.