D’après des enquêtes récentes, l’exclusion des Roms reste généralisée

Selon un nouveau rapport publié conjointement par l'Agence des droits fondamentaux de l'Union européenne (FRA) et le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), de nombreux Roms continuent à faire l'objet de discriminations et d'exclusion sociale dans l'ensemble de l'UE. La situation des Roms est généralement moins bonne que celle des non-Roms vivant à proximité. Le rapport est basé sur deux enquêtes sur la situation socioéconomique des Roms et des non-Roms vivant dans des environnements proches dans 11 États membres de l'UE et dans des pays européens voisins.

« Les résultats de ces enquêtes dressent un tableau sombre de la situation actuelle des Roms dans l'ensemble des 11 États membres de l'UE étudiés », déclare Morten Kjaerum, directeur de la FRA. « Les discriminations et l'anti-tsiganisme persistent. Les résultats montrent qu'une action rapide et efficace est nécessaire, notamment pour améliorer l'éducation des Roms. Cet élément est essentiel pour libérer leur potentiel futur et donner aux jeunes Roms les compétences dont ils ont besoin pour échapper au cercle vicieux de la discrimination, de l'exclusion et de la pauvreté. »

Le rapport révèle que dans les 11 États membres de l'UE étudiés, où vit l'écrasante majorité des citoyens roms de l'UE, la situation des Roms dans les domaines de l'emploi, de l'éducation, du logement et de la santé est en moyenne moins bonne que celle des non-Roms vivant à proximité. Les Roms continuent de subir des discriminations et ne sont pas suffisamment conscients des droits qui leur sont garantis par la législation de l'UE.

Voici quelques-uns des principaux constats:

  • seulement 15 % des jeunes Roms adultes interrogés ont achevé un enseignement secondaire supérieur, général ou professionnel, contre plus de 70 % de la population majoritaire vivant dans un environnement proche ;
  • en moyenne, moins de 30 % des Roms interrogés ont un emploi salarié ;
  • environ 45 % des Roms interrogés vivent dans des logements dépourvus d'au moins une des commodités suivantes : cuisine, toilettes, salle de douche ou de bain privatives, électricité ;
  • en moyenne, environ 40 % des Roms interrogés vivent dans un ménage dont un membre s'est privé de manger au moins une journée au cours du mois écoulé par manque de moyens pour se procurer de la nourriture.

« Le partenariat constitué par quatre organisations internationales [la FRA, le PNUD, la Banque mondiale et la Commission européenne] dans le cadre de cette étude émet un message fort : les difficultés rencontrées par la population rom sont d'une telle gravité qu'elles nécessitent une réaction concertée. Cette publication montre qu'une telle approche commune et concertée est possible et qu'elle donne des résultats », affirme Andrey Ivanov, haut conseiller politique du PNUD chargé du développement humain et de l'inclusion des Roms.

Les enquêtes ont permis de documenter la situation sur le terrain. Les résultats fournissent aux responsables politiques les éléments nécessaires à l'élaboration de mesures politiques efficaces pour remédier à la situation. Les résultats des enquêtes ont été intégrés à la communication de la Commission européenne sur les Roms, qui sera également présentée à Bruxelles le 23 mai 2012.

Veuillez trouver ici le rapport: 'The situation of Roma in 11 EU Member States - Survey results at a glance' (La situation des Roms dans 11 États membres de l'UE)

Interview vidéo avec FRA expert sur des questions concernant les Roms, Michail Beis:

Note aux rédacteurs:

  • Les 22 203 Roms et non-Roms interviewés dans le cadre des enquêtes de la FRA et du PNUD ont fourni des informations sur 84 287 membres des cellules familiales concernées en Bulgarie, République tchèque, France, Grèce, Hongrie, Italie, Pologne, Portugal, Roumanie, Slovaquie et Espagne. Les entretiens ont été effectués en face-à-face au domicile des répondants roms et non roms, tous vivant à proximité les uns des autres et partageant donc les mêmes infrastructures et les mêmes conditions de marché du travail.
  • Le rapport en question présente les premiers résultats des enquêtes basées sur une analyse d'une petite partie des données disponibles, qui seront rendues publiques ultérieurement dans des rapports thématiques. Ces enquêtes et celles qui suivront fourniront aux responsables politiques les données nécessaires à l'élaboration de politiques effectives pour la réalisation des objectifs visés dans la communication de la Commission européenne d'avril 2011 sur un cadre de l'UE relatif aux stratégies nationales pour l'intégration des Roms jusqu'en 2020. Dans sa communication, la Commission a demandé à la FRA de continuer à surveiller la situation et d'agir de concert avec les États membres de l'UE en les aidant à mettre en place des mécanismes de surveillance fiables permettant de mesurer les progrès accomplis dans la durée et de manière comparative.
  • Les deux enquêtes ont été menées au moyen d'un questionnaire de base identique.
  • L'enquête de la FRA s'est focalisée sur les questions liées aux droits de l'homme, comme la discrimination et la connaissance des droits. La FRA mènera deux nouvelles enquêtes dans les prochaines années jusqu'en 2020 pour cerner les tendances dans le temps et d'un pays à l'autre.
  • L'enquête du PNUD, de la Banque mondiale et de la Commission européenne a examiné de plus près la situation socioéconomique des Roms dans une sélection de pays de l'UE et de pays de l'Europe du Sud-Est non membres de l'UE. Elle fournit des données de base pour les nouvelles stratégies d'intégration des Roms et permet d'examiner la dynamique des processus d'intégration des Roms, par comparaison à 2004, date à laquelle le PNUD a effectué une enquête similaire. Les travaux réalisés par le PNUD en partenariat avec la Banque mondiale ont été financés par la direction générale de la politique régionale de la Commission européenne ainsi que par les ressources de base du PNUD et du Fonds fiduciaire nordique de la Banque mondiale.
  • Les États membres de l'UE ont élaboré des stratégies nationales pour l'intégration des Roms. Les collectivités doivent nouer le dialogue avec les Roms et les non-Roms au niveau local pour mettre en oeuvre ces plans visant à instaurer la confiance, renforcer la cohésion sociale et lutter contre les discriminations et l'anti-tsiganisme.

Pour de plus amples informations, veuillez prendre contact avec :

Downloads: