Des données fiables sont nécessaires pour lutter efficacement contre l’homophobie et la transphobie

Les personnes lesbiennes, gays, bisexuelles et transgenres (LGBT) continuant à rencontrer de graves difficultés dans l'exercice plein et entier de leurs droits fondamentaux, la FRA en appelle à des données fiables pour mieux comprendre et faire face à l'ampleur de la discrimination et des crimes de haine dans l'Union européenne.

« La discrimination est encore souvent une réalité pour de nombreuses personnes LGBT, même si elle est illégale dans les États membres de l'UE », a déclaré Morten Kjaerum à l'occasion de la Journée internationale contre l'homophobie et la transphobie le 17 mai. « Des préjugés et des malentendus fortement ancrés dans la société continuent à prévaloir et peuvent donner lieu à des discours homophobes ou transphobes, à une discrimination, à des crimes de haine et à du harcèlement à l'école. La dernière enquête de la FRA sur les personnes LGBT, que nous venons de lancer, a pour but d'éclaircir l'ampleur et la nature de la discrimination et des crimes de haine dans l'UE. Les résultats de l'enquête fourniront aux décideurs les données manquantes dont ils ont besoin pour élaborer des réponses efficaces. »

La FRA a lancé une enquête en ligne dans toute l'UE le 2 avril 2012. Cette enquête couvre tous les États membres de l'UE ainsi que la Croatie. La portée géographique et la teneur de cette enquête sont sans précédent, dans la mesure où sont abordés l'éducation, les crimes de haine, l'emploi et bien d'autres sujets. Elle restera accessible pendant plusieurs semaines. En 2013, les résultats de l'enquête permettront de disposer d'une vue d'ensemble fiable des expériences des personnes LGBT dans l'UE.

Cette vue d'ensemble sera complétée par des études supplémentaires qui seront menées auprès des pouvoirs publics plus tard en 2013 afin d'identifier les politiques et les pratiques encourageantes des États membres de prévention et de lutte contre la discrimination et les abus à l'égard des personnes LGBT.

L'agence est convaincue que ce travail contribuera à mieux comprendre les causes sous-jacentes de l'homophobie et de la transphobie et à trouver des manières de lutter plus efficacement contre la discrimination et les crimes de haine dans l'UE aujourd'hui.