Les efforts déployés pour mettre fin à la violence à l’égard des femmes requièrent une meilleure compréhension de la situation en Europe sur laquelle s’appuyer

« Tous les jours, nombreuses sont les femmes en Europe qui souffrent de la violence à caractère sexiste, ce qui représente une violation de leurs droits fondamentaux »,a déclaré le Directeur de la FRA, Morten Kjaerum, pour marquer la journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, le 25 novembre.

« Cette violence a non seulement un impact direct sur la vie des femmes concernées, mais aussi sur leurs familles et sur la société en général. Pour contribuer à mettre fin à ces atteintes trop nombreuses aux droits et au bien-être des femmes, nous devons mieux comprendre la violence à l’égard des femmes et ses effets sur les femmes en Europe », a-t-il ajouté. En 2012, plus de 40 000 femmes dans les 27 États membres de l’Union européenne et en Croatie ont été interrogées dans le cadre de la première enquête à l’échelle européenne sur la violence à caractère sexiste, réalisée par l’Agence des droits fondamentaux. Les femmes interrogées, de différentes tranches d’âge et de différentes situations, ont relaté les expériences qu’elles ont faites de diverses formes de violence – physique, sexuelle, psychologique – de l’enfance à l’âge adulte. La FRA souhaite remercier toutes les participantes pour le temps précieux qu’elles nous ont accordé et pour avoir partagé leurs expériences. Les résultats de cette enquête seront présentés par la FRA en 2013 et donneront la première vue d’ensemble complète et comparable de la mesure, de la nature et des effets de la violence sur la vie des femmes en Europe. Ces éléments sont capitaux pour l’élaboration de mesures efficaces pour combattre la violence à l’égard des femmes dans l’ensemble de l’UE.

Le Conseil de l’Europe, les Nations Unies, le Parlement européen et le Conseil de l’Union européenne ont souligné le besoin de disposer de meilleures données sur la violence à l’égard les femmes. La FRA a réalisé cette enquête dans le but de fournir des données complètes et comparables sur la violence faite aux femmes et de documenter les décisions et les mesures politiques applicables sur le terrain en vue de remédier à ces violations des droits de l’homme, comme l’ont demandé le Parlement européen et le Conseil de l’Union européenne.