Les femmes se heurtent toujours à des inégalités et sont souvent victimes de discrimination multiple

(c) European Union
(c) European Union
L'égalité est un maillon essentiel de la protection des droits fondamentaux. Les inégalités entre les femmes et les hommes persistent pourtant dans la société actuelle et sont souvent aggravées par d'autres formes de discrimination, qui empêchent les femmes de jouir pleinement de leurs droits.

« Si les droits des femmes sont reconnus depuis longtemps, dans la pratique, ils sont souvent violés », a déclaré le 8 mars le directeur de la FRA, Morten Kjӕrum, à l'occasion de la Journée internationale de la femme. « En outre, comme les recherches de la FRA l'ont montré, la discrimination peut revêtir de multiples formes et nombreuses sont les femmes victimes de discrimination multiple fondée, par exemple, sur leur sexe et leur origine ethnique ou sur leur sexe et leur âge. »

La FRA mène des travaux de recherche indépendants sur de nombreux aspects des droits fondamentaux. Plus précisément, elle étudie l'incidence de nombreux facteurs sur la vie des individus ainsi que sur l'exercice de leurs droits. Plutôt que d'analyser la dimension de genre de manière isolée, l'agence examine cet aspect parallèlement à des facteurs tels que l'origine ethnique et l'âge. Elle a ainsi identifié que la violation des droits des femmes est parfois aggravée par d'autres formes de discrimination:

  •  Les femmes handicapées peuvent se heurter à un accès inégal aux soins de santé reproductive. Par exemple, les professionnels de la santé ne parlent pas toujours directement à ces femmes, mais préfèrent s'adresser aux personnes qui s'en occupent. Les droits en matière de procréation peuvent également leur être déniés. Il est démontré que des femmes présentant des déficiences intellectuelles ou des problèmes de santé mentale sont victimes d'une stérilisation forcée dans certains États membres de l'UE.
  • Les femmes migrantes sont souvent victimes d'une forte discrimination et sont surreprésentées dans les secteurs mal réglementés et mal rémunérés de l'emploi, tels que le travail domestique. Les travailleurs domestiques étant essentiellement des femmes, celles-ci sont souvent exposées à des formes spécifiques de violence à caractère sexiste et de discrimination raciale. En outre, du fait de leur statut de migrante en situation irrégulière, elles sont souvent privées de droits fondamentaux par le droit national, tels que l'accès aux soins de santé (pour en savoir plus, voir le rapport de la FRA sur l'accès aux soins de santé des migrants en situation irrégulière).
  • La violence à l'égard des femmes reste un problème et les décideurs manquent de données transnationales comparables pour le résoudre. La FRA interroge actuellement plus de 40 000 femmes à travers l'UE pour recueillir leurs expériences de la violence domestique et de la violence au travail, dont le harcèlement et la maltraitance durant l'enfance. L'enquête a été développée en deux ans, avec la contribution d'éminents experts et de l'Institut européen pour l'égalité entre les hommes et les femmes (EIGE). Pour refléter et comprendre la diversité des expériences des femmes, les données permettront de comparer les résultats dans les différents États membres tout en tenant compte des différences liées à des facteurs tels que l'âge, la profession et l'éducation. Pour en savoir plus, voir la fiche d'information sur la violence à caractère sexiste à l'égard des femmes.