Tirer les leçons du passé peut aider à construire une société plus inclusive

Physical damage to a shopfront done by the Nazis during the "Kristallnacht" pogrom.
Physical damage to a shopfront done by the Nazis during the "Kristallnacht" pogrom.
Afin de commémorer la « Nuit de cristal », la nuit du pogrom de 1938, la FRA fait un retour dans le passé pour nous rappeler la nécessité de défendre et de promouvoir les droits fondamentaux aujourd’hui.

« L’histoire de l’antisémitisme et de l’Holocauste est un exemple extrême des conséquences tragiques auxquelles peut mener un déni progressif et croissant des droits fondamentaux », a déclaré le directeur de la FRA, Morten Kjaerum. « En tirant des leçons du passé, nous devons permettre aux gens de comprendre l’importance de la protection des droits fondamentaux aujourd’hui. Nous pouvons le faire en transformant les lieux de mémoire du passé en lieux de « mémoire pour le futur ». L’Holocauste a été une tragédie provoquée par l’homme – les êtres humains doivent donc contribuer à guérir les traumatismes du passé et garantir une société plus inclusive, basée sur le respect et la compréhension des droits fondamentaux ».

Parmi les formes du soutien apporté par la FRA aux efforts visant à tirer des enseignements du passé pour l’éducation aux droits de l’homme aujourd’hui, on compte le développement d’outils éducatifs, comme sa récente boite à outils sur l’Holocauste et les droits de l’homme (Toolkit on the Holocaust and human rights), et l’organisation conjointe de séminaires avec les lieux de mémoire de l’Holocauste. Le dernier séminaire de ce type s’est déroulé au début du mois de novembre 2012 à Mauthausen, en Autriche.

Les crimes de haine resurgissent régulièrement dans l’Union européenne. Un prochain rapport de la FRA sur les crimes de haine invite instamment les États membres de l’UE à consentir davantage d’efforts pour recueillir des données sur ce phénomène, notamment sur les délits motivés par le racisme, la xénophobie et l’intolérance religieuse. À titre d’exemple, ce rapport, qui sera présenté le 27 novembre, montre que seuls 12 des 27 États membres collectent des données spécifiquement liées aux crimes haineux antisémites. Dans d’autres pays, les données sont classées sous l’appellation générale de racisme et de crimes haineux motivés par la religion, rendant ainsi la motivation qui sous-tend ces agressions difficile à déterminer. Il s’ensuit que des incidents ne sont ni signalés ni résolus, empêchant ainsi les victimes de demander réparation. Par ailleurs, pour mieux comprendre la prévalence de l’antisémitisme aujourd’hui, la FRA publiera aussi les résultats de son enquête en ligne sur les expériences et la perception de l’antisémitisme par des personnes s’identifiant comme étant juives dans neuf États membres de l’UE en 2013.

Contexte :

  • La « Nuit de cristal » de 1938 a été marquée par un pogrom commis dans l’Allemagne nazie dans la nuit du 9 au 10 novembre 1938. La « Nuit de cristal » a marqué la destruction de plus de 200 synagogues et de dizaines de milliers de maisons et de commerces juifs. Des centaines de personnes ont été assassinées ou mises à mort. Cette nuit a marqué le début de l’extermination systématique des Juifs et a été le prélude à l’Holocauste.