Des éléments de preuve solides sont nécessaires pour lutter efficacement contre la violence à l’égard des femmes

« La violence à l’égard des femmes est une violation récurrente des droits fondamentaux qu’il est nécessaire de combattre de toute urgence », a déclaré Morten Kjaerum, Directeur de la FRA, le 25 novembre, à l’occasion de la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes.

« Il est de toute évidence nécessaire que nous disposions de données fiables sur l'ampleur, la nature et l'impact de la violence à l'égard des femmes dans l'ensemble de l'Union européenne. Les résultats à paraître de l’enquête que nous avons menée à l’échelle de l’UE devraient fournir une base solide pour trouver des solutions appropriées en vue de lutter efficacement contre la violence dont sont actuellement victimes tant de femmes. »

L’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne présentera, en mars 2014, les résultats de son enquête sur la violence à caractère sexiste. Cette enquête menée à l’échelle de l'UE sera la première du genre visant à déterminer l'ampleur et la nature de la violence à l'égard des femmes dans les 28 États membres de l’UE. Ses résultats, fondés sur des entretiens individuels avec un échantillon composé de manière aléatoire de 42 000 femmes, fourniront des données fiables et comparables sur les expériences des femmes concernant différents types de violences physiques, sexuelles et psychologiques commises à leur encontre par leurs partenaires (actuels ou anciens), ou par d'autres auteurs. Cette enquête a également porté sur les expériences des femmes en matière de « traque » et de harcèlement sexuel, y compris sur internet. En outre, des femmes adultes ont été interrogées sur leurs expériences de la violence dans leur enfance.

Les résultats indiquent qu’environ deux tiers des victimes de violence physique et/ou sexuelle n'ont pas fait appel à la police ou à d’autres services après avoir vécu l'incident violent le plus grave depuis l’âge de 15 ans. Toutefois, un tiers des victimes ont effectivement pris contact avec un ou plusieurs services ou organisations. Ceci permet d’envisager des options pour aider les femmes victimes de violence à caractère sexiste. Selon l’enquête, c’est vers des services tels qu’une consultation médicale, un hôpital ou un autre établissement de soins de santé, que les femmes sont le plus susceptibles de se tourner.

S’appuyant sur ces éléments, la FRA présentera certains des résultats de son enquête concernant le signalement des violences et le secteur de la santé à l’occasion de la conférence sur l’élimination de la violence à l’égard des femmes Eliminating Violence Against Women in Europe les 25 et 26 novembre à Vienne, qui est organisée par l’Organisation mondiale de la Santé – Bureau régional de l’Europe (OMS/Europe), l’Institut européen pour l’égalité entre les hommes et les femmes (EIGE), et la ville de Vienne.