« Discrimination et crimes de haine à l’égard des Juifs dans des États membres de l’UE » : la FRA présente son enquête

f.l.t.r: Ariel Muzicant, Board member of the European Jewish Congress, Morten Kjaerum, FRA Director, Serge Cwajgenbaum, Secretary General, European Jewish Congress
f.l.t.r: Ariel Muzicant, Board member of the European Jewish Congress, Morten Kjaerum, FRA Director, Serge Cwajgenbaum, Secretary General, European Jewish Congress
« La peur fait perdre leur force aux gens et les empêche de vivre ouvertement leur vie, comme chacun de nous a le droit de le faire », a déclaré le directeur de la FRA, Morten Kjaerum, lors de la présentation du rapport de l’agence sur l’antisémitisme le 8 novembre.

« Les crimes de haine causent des dommages durables à des communautés entières, mais ces infractions restent trop souvent non reconnues, non poursuivies et, par conséquent, invisibles. Lorsqu’une personne est visée pour la seule raison qu’elle est juive, toute la communauté prend peur et se demande qui sera la prochaine victime », a-t-il poursuivi..

Le rapport de la FRA s’appuie sur une enquête menée auprès des communautés juives de huit États membres de l’UE (France, Belgique, Royaume-Uni, Allemagne, Suède, Italie, Hongrie et Lettonie) et décrit leurs expériences et leurs perceptions de l’antisémitisme. L’un des résultats les plus frappants est la crainte qu’éprouvent les communautés juives au quotidien, selon le directeur de la FRA.

Ce résultat ressort du nombre élevé de répondants qui ont déclaré ne pas porter ou arborer de symboles juifs, comme l’étoile de David, dans la rue, ou qui envisagent même d’émigrer parce qu’ils craignent pour leur sécurité.

Une autre conclusion mise en évidence par le directeur est la prévalence de l’antisémitisme sur l’internet. La FRA recommande que les programmes scolaires incluent une liste de bonnes pratiques à l’intention des jeunes sur le ton et le vocabulaire qui sont acceptables et sur la manière de formuler des commentaires négatifs sans qu’ils deviennent offensants.

« À la lecture du rapport, nous comprenons combien il est important de parler aujourd’hui aux communautés juives d’Europe à propos de leur vie, de leurs expériences et de leurs craintes. C’est de cela que traitent les droits de l’homme : de l’individu. »

  • Selon le rapport, 66% des répondants considèrent que l’antisémitisme est un problème majeur dans leur pays ; 76% déclarent que l’antisémitisme s’est aggravé ces cinq dernières années.
  • 27% évitent certains quartiers près de chez eux parce qu’ils ne s’y sentent pas en sécurité, tandis que 38% évitent souvent de porter ou d’arborer des symboles pouvant les identifier comme juifs en public et
  • 33% craignent d’être victimes d’une agression physique dans les 12 prochains mois.
     

Le directeur de la FRA a conclu la conférence de presse en déclarant : « Ceci est un signal clair que nous avons beaucoup à faire à tous les niveaux de la société, depuis le niveau politique le plus élevé, dans les ministères et par l’intermédiaire des municipalités jusqu’au niveau local, aux personnes impliquées dans l’éducation qui travaillent dans des écoles. Nous devrions tous lire ce rapport et nous poser la question : "Que puis-je faire mieux ?" »