Journée européenne de commémoration des victimes de régimes totalitaires

Le 23 août est le jour de la signature du pacte répartissant les territoires de l'Europe entre les nazis et les soviétiques; il témoigne des souffrances infligées par les régimes totalitaires à de nombreuses familles.

Le 23 août est le jour de la signature du pacte répartissant les territoires de l'Europe entre les nazis et les soviétiques; il témoigne des souffrances infligées par les régimes totalitaires à de nombreuses familles. Ce jour-là, l'Europe rend hommage à tous ceux qui succombèrent sous ces régimes ou les combattirent vaillamment. Les représentants des ministères de la justice des États membres de l'UE et de la FRA et de jeunes délégués se sont rassemblés à Vilnius pour marquer cet événement organisé par la présidence lituanienne. Friso Roscam Abbing, responsable du département Communication de la FRA, a prononcé un discours soulignant l'importance de cette journée: « Nous sommes réunis ici pour nous souvenir, comprendre et tirer les enseignements du passé afin de construire un meilleur avenir. Mais nous sommes également ici pour nous rappeler la perte tragique, l'immense souffrance et le préjudice incalculable infligés par les régimes totalitaires nazi et soviétique aux populations d'Europe pendant toutes ces années. »

Il a évoqué les réalisations accomplies par l'Europe tout au long de ces années pour bâtir une « Europe meilleure », ainsi que l'a reconnu le Prix Nobel de la Paix en 2012. Toutefois, il a également rappelé aux participants que « la souffrance existe toujours. La peur existe toujours. La violence existe toujours », et que « trop de groupes au sein de notre société européenne continuent d'être victimes de discrimination, de crimes de haine et de harcèlement ». Il a fait référence à de récents cas rapportés dans l'UE et aux récents travaux de la FRA, dont l’enquête sur les discriminations et les crimes de haine dont sont victimes les personnes LGBT et celui sur l'antisémitisme. Il a insisté sur la nécessité d'être vigilant et de combattre les crimes de haine. Pour cette raison, la Conférence sur les droits fondamentaux de cette année, coorganisée par la FRA et la présidence lituanienne du Conseil de l'Union européenne les 12 et 13 novembre à Vilnius, rassemblera plus de 300 décideurs et praticiens de toute l'UE pour examiner des stratégies efficaces de lutte contre le crime de haine par le biais de mesures juridiques et politiques.

Friso Roscam Abbing a reconnu le rôle majeur que jouent les journées de commémoration et les sites commémoratifs dans la construction du futur en préservant la mémoire des régimes totalitaires et de leurs victimes par l'éducation et la sensibilisation aux droits. Soulignant l'importance de tels événements commémoratifs, il a conclu par les mots d'un étudiant danois qui a été témoin du choc et de l'horreur des atrocités commises par de tels régimes:

«[Les journées de commémoration et] les visites des sites commémoratifs peuvent approfondir notre compréhension de ce que sont les droits de l'homme. Elles vous aident à comprendre l'importance de créer un monde dans lequel chacun a sa place.»