La situation des femmes roms : analyse des données de la FRA

Ioannis Dimitrakopoulos at LIBE/FEMM Committee at the European Parliament
Ioannis Dimitrakopoulos at LIBE/FEMM Committee at the European Parliament
Le 18 septembre, l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne (FRA) a participé à un débat sur la situation spécifique des femmes roms, au cours duquel elle a présenté les données de son enquête pilote sur les Roms lors de l’audition publique conjointe des commissions LIBE et FEMM du Parlement européen consacrée au « Cadre de l’UE pour les stratégies nationales d’intégration des Roms pour la période allant jusqu'à 2020».

Les données couvrent les quatre domaines de base identifiés dans le Cadre, à savoir l’emploi, l’éducation, le logement et les soins de santé, ainsi que des questions connexes telles que la discrimination, la sensibilisation aux droits et le mariage précoce.

L’enquête de la FRA sur les Roms a été réalisée en étroite coopération avec la Commission européenne, le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et la Banque mondiale. Elle a été menée en 2011 dans 11 États membres de l’UE : la Bulgarie, l’Espagne, la France, la Grèce, la Hongrie, l’Italie, la Pologne, le Portugal, la République tchèque, la Roumanie et la Slovaquie. Au total, 10 811 personnes roms et 5 508 personnes non-roms ont été interrogées dans le cadre d’entretiens en face à face et ont fourni des informations sur près de 61 000 membres des ménages.

Il ressort de l’enquête que le niveau global d’instruction des femmes roms augmente dans la plupart des États membres de l’UE couverts par l’enquête. Un aspect plus négatif est que 24 % seulement des femmes roms âgées de 20 à 64 ans ont un travail rémunéré, contre 40 % des hommes roms. Dans le domaine de la santé, les femmes roms âgées de 50 ans ou plus qualifient leur état de santé de « mauvais » ou « très mauvais » près de deux fois plus souvent que les femmes non-roms (55 % et 29 %, respectivement). En outre, près de la moitié des ménages roms interrogés (42 %) déclare rencontrer de graves problèmes d’insalubrité des logements, qui est définie comme l’absence d’eau courante et/ou l’absence de raccordement au système d’égouts ou à un réservoir d’eaux usées et/ou à l’électricité. En comparaison, 12 % des ménages non-roms déclarent vivre dans des conditions similaires. 

Échantillon de résultats importants

  • Le niveau global d’instruction des femmes roms augmente dans la plupart des États membres de l’UE couverts par l’enquête. Par exemple, alors que les femmes roms ont en moyenne un taux d’alphabétisation inférieur (77 %) à celui des hommes roms (85 %), les différences entre les groupes d’âge font apparaître une tendance positive : les jeunes femmes roms âgées de 16 à 24 ans ont atteint un niveau d’alphabétisation similaire (89 %) à celui des hommes roms de la même tranche d’âge.
  • Les tendances en matière d’emploi des communautés roms sont souvent très différentes de celles de la population majoritaire, en raison de l’accès limité au marché du travail régulier et, pour les femmes, de l’absence de structures d’accueil des enfants. Seulement 24 % des femmes roms âgées de 20 à 64 ans ont un travail rémunéré, contre 40 % des hommes roms. Toutefois, l’enquête montre également que parmi les femmes qui ont un travail rémunéré, 61 % travaillent à plein temps, contre 38 % des hommes roms. Cela pourrait être le reflet des rôles féminins et masculins dans les familles roms, où les femmes ont tendance à s’occuper exclusivement des tâches ménagères plus souvent que les femmes non-roms. Par conséquent, le coût d’opportunité d’accepter un travail à l’extérieur est plus élevé pour les femmes roms et si elles choisissent cette solution, ce serait pour des emplois plus sûrs. Cela explique peut-être aussi les chiffres du taux d’emploi indépendant : les hommes roms se déclarent plus souvent indépendants (25 %) ou occupant des emplois ad hoc (28 %) que les femmes roms (13 % et 15 %, respectivement).
  • Dans le domaine de la santé, les femmes roms âgées de 50 ans ou plus qualifient leur état de santé de « mauvais » ou « très mauvais » près de deux fois plus souvent que les femmes non-roms (55 % et 29 %, respectivement). Néanmoins, la plupart des répondants roms n’ont pas fait état de problème d’accès aux soins médicaux lorsqu’ils en ont besoin : seulement 5 % des femmes roms et 4 % des hommes roms ont déclaré qu’ils avaient eu besoin de soins médicaux d’urgence au cours des 12 derniers mois, mais qu’ils n’ont pas pu voir un médecin.
  • Près de la moitié (42 %) des ménages roms interrogés a déclaré rencontrer de graves problèmes d’insalubrité des logements, qui est définie comme l’absence d’eau courante et/ou l’absence de raccordement au système d’égouts ou à un réservoir d’eaux usées et/ou à l’électricité. En comparaison, 12 % des ménages non-roms ont déclaré vivre dans des conditions similaires. Du fait des rôles traditionnellement dévolus aux hommes et aux femmes dans les familles roms et de la plus grande implication des femmes roms dans les tâches ménagères, la charge que représentent les mauvaises conditions de logement pèse de façon disproportionnée sur les femmes roms.
  • S’agissant des mariages précoces, l’enquête montre qu’environ 2 % des filles roms âgées de 10 à 15 ans ont déclaré s’être mariées de façon traditionnelle ou cohabiter avec un partenaire, alors que 24 % des jeunes filles roms âgées de 16 et 17 ans sont engagées dans une forme de relation conjugale (5 % sont légalement mariées, environ 19 % ont été mariées de façon traditionnelle ou cohabitent avec un partenaire).

La FRA coopère étroitement avec la Commission européenne et les États membres afin d’élaborer des indicateurs et des outils de collecte de données qui soient sensibles aux différences dues au genre et qui permettent de mesurer régulièrement les progrès réalisés par les stratégies d’intégration des Roms, notamment au niveau local.

Downloads: 

Analysis of FRA Roma survey results by gender

[pdf]en (1.81 Mo)