La tragédie au large des côtes italiennes rappelle à l’Europe la nécessité de revoir les mesures en matière d’asile et d’immigration

Migrants arriving on the island of Lampedusa in August 2007.
Migrants arriving on the island of Lampedusa in August 2007.
La tragédie récente survenue au large de l’Italie, au cours de laquelle plus de 300 personnes auraient péri après le naufrage d’un navire transportant des migrants en provenance d’Afrique, souligne la nécessité que l’Union européenne et ses États membres revoient les mesures actuelles en matière d’immigration irrégulière.

La tragédie récente survenue au large de l’Italie, au cours de laquelle plus de 300 personnes auraient péri après le naufrage d’un navire transportant des migrants en provenance d’Afrique, souligne la nécessité que l’Union européenne et ses États membres revoient les mesures actuelles en matière d’immigration irrégulière.

Ce drame souligne également la nécessité de résoudre cette problématique non seulement sous l’angle de l’immigration, mais aussi en tenant compte de tous les aspects politiques pertinents. En même temps, tous les États membres doivent unir leurs efforts pour apporter un soutien plus important aux pays les plus touchés par les arrivées.

« À de maintes reprises, les migrants paient le prix fort dans leur recherche d'une vie meilleure », a déclaré le Directeur de la FRA, Morten Kjaerum. « Nous devons agir maintenant pour trouver des solutions appropriées et équilibrées entre les besoins de contrôle des frontières et les besoins et droits des migrants. »  

Les pêcheurs et les autres personnes qui ont sauvé des migrants en mer ne devraient pas être sanctionnés pour avoir sauvé des migrants en situation irrégulière. Les migrants interrogés par la FRA en vue d’un rapport sur les droits fondamentaux aux frontières maritimes méridionales de l’Europe ont raconté avoir vu des bateaux de pêche les ignorer. Certains pêcheurs ont déclaré qu’ils évitent généralement les navires en détresse transportant des migrants. Ils ont tendance à ne rien signaler aux autorités, mais donnent parfois de l’eau et de la nourriture aux passagers. Souvent, les pêcheurs craignent en apportant de l’aide aux migrants, d’être impliqués dans de longues procédures judiciaires bureaucratiques ou d’être poursuivis pour aide à l’immigration clandestine.

Afin d’éviter cette situation, les États membres devraient recevoir des orientations en matière de droits fondamentaux sur la manière d’appliquer l’obligation de sanctionner les personnes qui aident des migrants à entrer sur le territoire d’un pays de l’UE de manière irrégulière, comme le prévoit le droit de l’UE. Ceci permettrait que les personnes agissant pour des raisons humanitaires ne soient pas visées, en comprenant le sauvetage de personnes en détresse ou qui risquent de se noyer en mer, comme ce fut malheureusement le cas au large de l’île italienne de Lampedusa le 3 octobre.

De plus, les migrants ne devraient pas risquer de sanctions pénales pour avoir franchi une frontière de manière irrégulière. Plus de la moitié des États membres de l’UE ont pénalisé l’entrée et/ou le séjour irrégulier sur leur territoire par une loi. Dans deux tiers des États membres de l’UE, les migrants entrés ou séjournant de manière irrégulière peuvent être punis, voire emprisonnés. Dans d’autres pays, ceci ne constitue qu’une infraction administrative. À l’heure actuelle, le droit pénal cible souvent les migrants. Il convient de réorienter les efforts de telle sorte à traiter les causes profondes qui poussent les migrants à se lancer dans des voyages si dangereux.

Pour de plus amples informations, nous vous invitons à consulter le rapport de la FRA (en anglais) et son résumé (disponible en français) sur Les droits fondamentaux aux frontières maritimes méridionales de l'Europe.