L’ampleur réelle de la violence envers les femmes reste invisible

internationalwomensday.com
internationalwomensday.com
Pour marquer la Journée internationale de la femme, qui a lieu chaque année le 8 mars, la FRA annonce qu’elle publiera début 2014 le rapport des résultats de son enquête sur la violence à l’égard des femmes dans l'Union européenne

Dans le contexte de cette recherche, 42 000 femmes ont été interrogées dans les 27 États membres de l’UE et en Croatie, faisant de cette enquête la première de ce type à questionner systématiquement des femmes de 28 pays sur leur vécu. L’enquête rend compte des expériences de violence à caractère sexiste dont les femmes sont victimes, qui constituent une violation des droits de l’homme ainsi qu’une forme de discrimination envers les femmes. Les incidents rapportés sont notamment des expériences de violence sexuelle, physique et psychologique – allant de la violence domestique au harcèlement sexuel au travail, en passant par des actes de violence perpétrés par des inconnus. L’étude souhaitait également recueillir les expériences en matière de « traque », de cybercriminalité et de maltraitance vécue dans l’enfance.

La FRA analyse actuellement les résultats de l’enquête. L’examen initial des données illustre l’ampleur de certains problèmes, qui seront révélés dans le rapport sur les résultats de l’enquête :

  • Après avoir subi de graves actes de violence perpétrés par d’autres personnes que leur partenaire, quatre femmes sur cinq ne se sont pas adressées à un quelconque service, tel qu’un service de soins de santé, un service social ou un service d’aide aux victimes. Cela souligne à quel point l’ampleur réelle de la violence envers les femmes reste inconnue.
  • Les femmes ayant demandé une aide étaient plus susceptibles de se tourner vers des services médicaux. Cela souligne la nécessité de s’assurer que les professionnels de santé puissent répondre aux besoins des victimes de violence.
  • Deux femmes sur cinq ignoraient les lois ou les initiatives politiques visant à les protéger en cas de violence conjugale ; la moitié d’entre elles ignorait l’existence de toute loi ou de toute initiative préventive. 
  • Plus de trois femmes sur quatre estiment que la violence envers les femmes est courante dans leur pays.
  • Environ la moitié des femmes interrogées ont indiqué qu’elles avaient évité certaines situations publiques ou privées, de peur d’être agressées physiquement ou sexuellement. 
  • Les nouvelles formes de harcèlement sexuel, perpétrées au travers des nouvelles technologies et des nouveaux médias, concernent particulièrement les jeunes femmes. Ces types de cyber-harcèlement incluent la réception de messages insultants et sexuellement explicites par e-mail,  par SMS ou par le biais des médias sociaux.
     

Le 17 mai prochain, la FRA publiera également les résultats d’une enquête sur la discrimination et les crimes de haine dont sont victimes les personnes lesbiennes, gays, bisexuelles et transgenres.