Le Directeur de la FRA prononce un discours lors de la présentation du rapport de l’enquête sur les personnes LGBT dans l’UE

« Trop de personnes LGBT en Europe ne peuvent être elles-mêmes. La possibilité de jouir du droit de l’homme fondamental de vivre dans la dignité, de profiter de la vie et de s’exprimer librement sans discrimination leur est refusée. »

Le Directeur de la FRA, Morten Kjaerum, a prononcé un discours à La Haye, le 17 mai, à l’occasion de la présentation du rapport de l’enquête sur les personnes LGBT dans l’Union européenne (UE). L’enquête a été réalisée en ligne et, dans ce cadre, plus de 93 000 personnes LGBT des 27 États membres de l’UE et de Croatie ont répondu aux questions relatives à leur expérience de la violence et de la discrimination. Les résultats montrent qu’un grand nombre de personnes lesbiennes, gays, bisexuelles et transgenres (LGBT) ne peuvent pas être elles-mêmes dans leur vie quotidienne.

Accéder à la visualisation des données en ligne >>

D’après les données recueillies, les personnes LGBT commencent à rencontrer des difficultés dès l’école, où elles sont régulièrement victimes d’intimidations et de harcèlement. Pour cette raison des politiques de lutte contre le harcèlement devraient être élaborées et mises en œuvre, et les enseignants devraient être formés à mieux gérer les actes de harcèlement à l’encontre des élèves LGBT.

La recherche de la FRA montre également que les personnes LGBT sont confrontées à la discrimination dans de nombreux autres domaines de la vie, dont le travail, le logement, les services sociaux, et l’accès aux biens et aux services. Près de la moitié des personnes qui ont participé à l’enquête en ligne ont personnellement été victimes de discrimination ou de harcèlement au cours de l’année précédant l’enquête au motif qu’elles étaient LGBT.

Morten Kjaerum : « Il est encore plus inquiétant que les personnes LGBT soient fréquemment la cible de crimes de haine et de harcèlement. Environ un quart des personnes interrogées ont déclaré avoir été agressées ou menacées de violence au cours des cinq dernières années. Des niveaux élevés de faible signalement ont également été observés : à peine 22 % des incidents violents les plus graves commis sur des personnes LGBT au cours des cinq années précédant l’enquête ont été signalés à la police. »

Ces expériences de haine et de discrimination ont pour conséquence que les personnes LGBT vivent dans la peur. En effet, deux tiers des répondants à l’enquête de tous les États membres de l’UE ont peur de tenir la main de leur partenaire de même sexe en public. Pour les gays et les hommes bisexuels, ce chiffre grimpe à près de 75 %.

« Ces chiffres mettent en évidence la nécessité d’une action au niveau de l’ensemble de l’UE et de ses États membres afin de lever les nombreux obstacles que rencontrent les personnes LGBT dans l’exercice de leurs droits fondamentaux dans la vie de tous les jours », a déclaré le Directeur à la fin de son discours. Il a également souligné qu’il était manifestement nécessaire qu’un leadership politique et une action à l’échelle de l’UE servent de catalyseur de changement.
 

See also: