Le Directeur de la FRA prononce un discours sur la lutte contre la discrimination des Roms dans l’enseignement

FRA Director Morten Kjaerum (3rd right) during a conference on Roma rights at Harvard University, 8 April 2013.
FRA Director Morten Kjaerum (3rd right) during a conference on Roma rights at Harvard University, 8 April 2013.
Le Directeur de la FRA, Morten Kjaerum, a prononcé un discours à l’occasion de la Journée internationale des Roms le 8 avril, lors d’une conférence à l’université de Harvard sur la mise en application les droits des Roms et la lutte contre la violence, la discrimination et la ségrégation en Europe, intitulée Realising Roma rights: addressing violence, discrimination and segregation in Europe.

Le discours mettait notamment l’accent sur le fait que les enfants roms sont privés d’un enseignement de qualité, ce qui réduit leurs perspectives d’emploi et accroît le risque qu’ils courent de tomber dans la pauvreté. La ségrégation ethnique de nombreux enfants roms, qui est observée dans plusieurs États membres de l’UE où vivent d’importantes populations roms, gêne aussi considérablement leur intégration dans la société.

Le Cadre de l’UE en faveur de l’inclusion des Roms fixe des repères et des objectifs clairs à atteindre dans le domaine de l’éducation afin de rompre le cercle vicieux de l’exclusion sociale et de la marginalisation. Dans son discours, le Directeur de la FRA a souligné que :

  • L’éducation et l’accueil de la petite enfance doivent être améliorés pour les Roms ;
  • Les enfants roms doivent bénéficier d’une scolarité obligatoire sans ségrégation.

En outre, en ce qui concerne le fait que, dans certains États membres de l’UE, jusqu’à un quart de la main-d’œuvre qui entrera sur le marché du travail dans quelques années sera d’origine rom :

  • Les Roms doivent avoir la possibilité d’acquérir des compétences valorisantes sur le marché du travail.

Le discours s’est achevé sur une note positive, en insistant sur le fait que des progrès ont été réalisés dans l’inclusion des Roms. Il ressort ainsi des travaux de recherche que la probabilité que les Roms plus jeunes aillent à l’école est aujourd’hui beaucoup plus élevée que dans le passé. En Espagne, seul 1 % des Roms âgés de 16 à 24 ans n’ont jamais fréquenté une école, contre 43 % des Roms de 45 ans et plus.

Bien que le cadre de l’UE et des stratégies nationales soient en place, il faut une volonté politique soutenue et des outils de contrôle efficaces pour faire en sorte que ces instruments soient utilisés en vue d’améliorer les perspectives d’avenir des enfants roms d’aujourd’hui et de demain.