Le Directeur de la FRA prononce un discours sur la lutte contre les crimes de haine en Europe et au-delà

Morten Kjærum addresses the conference
Morten Kjærum addresses the conference
« Les crimes de haine parlent aux gens qui éprouvent de la sympathie pour leur auteur et dont les préjugés confirment l’auteur dans son attitude et la renforcent. Ils disent "Ne pensez pas que l’on veut de vous ici, parce que ce n’est pas le cas. Et ne pensez pas que vous êtes en sécurité, parce que nous vous avons déjà prouvé que vous ne l’êtes pas et cela pourrait encore arriver. Ayez peur !" »

Le Directeur de la FRA, Morten Kjaerum, a prononcé un discours intitulé « Des chiffres innocents : pourquoi il nous faut plus de données » lors de la conférence « Extrémisme de droite et crime de haine : les minorités sous pression en Europe et au-delà », qui s’est tenue à Oslo les 14 et 15 mai.

Le Directeur a commencé par évoquer les lacunes dans la collecte de données qui peuvent gêner la recherche de solutions durables et efficaces au phénomène des crimes de haine. En effet, du fait de ces lacunes, la majorité de ces crimes ne sont pas reconnus, pas plus qu’ils ne font l’objet de poursuites ; ils sont donc invisibles. Ces lacunes sont dues à la fois au faible signalement des incidents par les victimes, qui souvent n’ont pas confiance dans la capacité des autorités à les protéger, et au faible signalement par les gouvernements nationaux. À l’heure actuelle, seuls quatre États membres recueillent des données exhaustives sur les crimes de haine, même si les différences de classification dans les statistiques nationales sur la criminalité rendent souvent impossible toute comparaison entre pays.

Les recherches de la FRA montrent clairement que les crimes de haine constituent un problème majeur dans l’UE aujourd’hui. Ceci est particulièrement le cas dans le contexte de la crise économique qui affecte l’UE et qui a pour corollaire une montée de l’extrémisme violent dans plusieurs pays. Sur les 93 000 répondants à l’enquête de la FRA de 2012 sur les personnes LGBT, 26 % ont été victimes de violence au cours des cinq années précédant l’enquête, ce chiffre atteignant 35 % pour les personnes transgenres. Dans le cadre de son enquête sur les communautés juives, la FRA a constaté que 26 % avaient été victimes d’une forme ou l’autre de harcèlement au cours des 12 mois précédant l’enquête.

Le Directeur a souligné que les crimes de haine transcendent les expériences des personnes directement concernées, car les crimes homophobes, racistes et les autres crimes motivés par des préjugés créent une mentalité de « nous » et « eux » qui porte préjudice à des groupes entiers et à la société dans son ensemble. Il est dès lors d’autant plus important que les pays sanctionnent plus lourdement les crimes fondés sur des préjugés et rendent leurs auteurs pleinement responsables de leurs actes.

À la fin de son discours, le Directeur a souligné que les crimes de haine ne sont pas simplement un phénomène qui touche quelques individus en marge de la société, mais qu’il s’agit d’une attaque directe contre le principe démocratique de l’égalité et contre le postulat selon lequel dans une société démocratique chacun peut vivre sans craindre la violence et la discrimination.