L’exploitation des travailleurs migrants est illégale et inacceptable

Strawberry pickers in Greece
Strawberry pickers in Greece
Des formes graves d’exploitation du travail de travailleurs migrants sont une réalité aujourd’hui, en Europe et au vingt et unième siècle. Les formes extrêmes que peut revêtir cette exploitation ont été tragiquement illustrées cette semaine, lorsqu’en Grèce, les employeurs de migrants cueilleurs de fraises ont tiré sur ces derniers parce qu’ils avaient simplement demandé à être payés.

« De façon répétée, nous constatons que des travailleurs vulnérables sont exploités pour en tirer un bénéfice économique. Nous l’avons vu avec les travailleurs migrants dans les champs de fraises, dans des exploitations où ils récoltent les asperges, dans les maisons où ils travaillent comme domestiques et dans de nombreux autres domaines », a déclaré le Directeur de la FRA, Morten Kjaerum. « Cette exploitation du travail a été qualifiée d’esclavage moderne et, effectivement, cette pratique est aussi horrible aujourd’hui qu’elle l’était dans des temps reculés. »

Afin de mesurer l’étendue de telles pratiques, l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne continue d’étudier le phénomène de l’exploitation du travail. Cette année, la FRA recueillera des informations sur les formes graves d’exploitation du travail dans les États membres de l’UE par le biais d’entretiens avec les services d’inspection du travail, des agents des services répressifs et des fonctionnaires de l’immigration, ainsi qu’avec des victimes. La FRA se penchera sur les facteurs de risque associés à l’exploitation du travail et sur des moyens de prévention efficaces. L’étude mettra également en lumière les obstacles qui empêchent les victimes de formes graves d’exploitation du travail d’avoir accès à la justice, notamment pour réclamer un paiement à leurs employeurs. Les résultats de cette recherche aideront les décideurs de l’UE et les gouvernements nationaux à lutter contre l’exploitation du travail et à protéger le droit de tous les travailleurs à bénéficier de conditions de travail justes, qui respectent leur santé, leur sécurité et leur dignité.

La recherche montre que des formes illégales d’exploitation du travail ont un impact tant sur les ressortissants des États membres de l’UE que sur les travailleurs migrants. La FRA considère que les États membres doivent prendre davantage de mesures pour se conformer aux obligations qui leur incombent au titre de la Charte des droits fondamentaux, par exemple, pour lutter contre la discrimination et l’exploitation de la main-d’œuvre. De telles pratiques constituent non seulement des violations des droits des victimes, mais elles enfreignent également le droit de groupes vulnérables à bénéficier d’une protection efficace et portent atteinte aux intérêts de la société dans son ensemble.