Discussion aux Nations Unies sur les résultats de l’enquête de la FRA relative à la violence à l’égard des femmes

Cette semaine, la FRA a présenté les résultats de son enquête à l’échelle de l’Union européenne sur la violence à l’égard des femmes aux organisations des Nations Unies à New York et à Vienne. Cela a été l’occasion pour la FRA d’expliquer ses conclusions et de mettre en lumière les recommandations résultant de l’enquête.

Lors d’un événement spécial organisé au Secrétariat de l’ONU à New York le 14 mai, Ioannis Dimitrakopoulos, chef du département Égalité et droits des citoyens de la FRA, a souligné combien il est nécessaire que tous les pays recueillent des données sur la violence faite aux femmes. Il a également signalé le problème du sous-signalement. Si la violence n’est pas enregistrée, elle ne fait pas l’objet de poursuites. Et ses auteurs peuvent rester impunis.

À l’occasion du second événement organisé par l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime, Joanna Goodey, chef du département Libertés et justice de la FRA, s’est exprimée lors de la 23e session de la Commission pour la prévention du crime et la justice pénale, réunie à Vienne le 14 mai. Tout en expliquant le contexte de l’enquête et ses conclusions, elle a également insisté sur la manière dont les données pourraient être utilisées pour élaborer des politiques et des actions de suivi. Elle a également présenté des recommandations destinées à combiner des réponses politiques entre différents domaines, comme l’emploi, la santé et l’éducation, des campagnes de sensibilisation visant les hommes et les femmes, et une formation et un soutien accrus aux professionnels, notamment.

Ces deux exposés devant les Nations Unies ont mis l’accent sur les conclusions de l’enquête qui montrent que la violence à l’égard des femmes est un abus très répandu, qui touche une femme sur trois dans l’UE. À ce propos, cette violence ne peut être abordée comme un abus qui ne touche que certaines communautés ou quelques femmes, ce phénomène doit au contraire être traité de manière exhaustive en raison de ses répercussions de grande envergure.