La politique d'intégration des Roms doit tenir compte des besoins réels de la communauté

Roma kids
Roma kids
Ce 8 avril, nous célébrerons la journée internationale des Roms. Cependant, les États membres de l'UE doivent redoubler d'efforts pour mettre en œuvre des stratégies nationales d'intégration des Roms et atteindre leur objectif d'améliorer les opportunités des Roms et de garantir leur plein accès aux droits fondamentaux.

Un sommet sur les Roms est organisé aujourd'hui pour évaluer les progrès réalisés sur l'inclusion des Roms dans l'UE au cours des quatre dernières années. Les institutions de l'UE et le Conseil de l'Europe ont souvent réitéré leur détermination à lutter contre l'exclusion des Roms dans une série de domaines allant de l'éducation à l'emploi, en passant par le logement. Les progrès dans l'intégration des Roms sont néanmoins lents et des régressions ont même été enregistrées dans plusieurs endroits, l'antitsiganisme étant un problème croissant dans un certain nombre d'États membres.

Un dialogue plus actif est également nécessaire pour garantir que les voix des personnes roms soient entendues sur tous les aspects de la politique d'inclusion. C'est pourquoi la devise du sommet sur les Roms de cette année, Investir l'échelon local pour l'intégration des Roms, est si importante.

« L'intégration des Roms est réalisable uniquement si les efforts aux niveaux national et de l'UE sont suivis par des activités impliquant les communautés roms locales », déclare Morten Kjaerum, directeur de la FRA. « Nous désignons souvent les Roms comme étant un "groupe cible", mais ce concept est erroné : les Roms doivent être au centre du processus d'inclusion et d'intégration. C'est pourquoi il importe de leur offrir les outils et opportunités nécessaires à la détermination de leur propre avenir ».

Des éléments de preuve de la FRA et de bon nombre d'autres organisations ont démontré que l'implication directe des communautés roms dans la conception et la mise en œuvre des programmes d'intégration aide à créer des projets plus durables. En outre, cette approche contribue largement à briser les stéréotypes et à améliorer la communication entre les Roms et les communautés majoritaires locales, ce qui permet d’atteindre des niveaux de cohésion sociale plus élevés.

La FRA soutient déjà les efforts visant à investir l'échelon local à travers son propre projet de recherche sur l'engagement local pour l'intégration des Roms (en anglais). Ce projet vise à examiner et à développer des manières d'améliorer la conception, la mise en œuvre et le contrôle des politiques d'intégration des Roms au niveau local. Il contribuera à renforcer les capacités administratives et l’efficacité des instruments de contrôle pour la mesure des progrès accomplis. Aspect plus important encore, il dotera les communautés roms et les organisations de la société civile locales des outils et de l'assurance nécessaires pour devenir acteurs de leur propre destin.

Les résultats d'une enquête réalisée par la FRA, le Programme des Nations Unies pour le Développement, la Banque mondiale et la Commission européenne auprès de personnes Roms de 11 États Membres de l’UE montrent que 46 % des Roms ont été victimes de discrimination en raison de leur origine ethnique au cours de l'année précédant la recherche. Près de neuf Roms sur dix risquaient de tomber dans la pauvreté, contre moins de la moitié des personnes non roms de leur localité. Pour plus de chiffres extraits de l'enquête, veuillez consulter l'explorateur de données sur les Roms de la FRA.

Downloads: 

Local Engagement for Roma Inclusion (LERI) project information

[pdf]en (108.08 Ko)