Un changement fondamental est nécessaire pour contribuer à la lutte contre la violence à l’égard des femmes

Cette année, la Journée internationale de la femme (8 mars) est axée sur un appel au changement. Un rapport récent de l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne (FRA) met en évidence la nécessité d’un vaste changement dans différents domaines afin de contribuer à la lutte contre les violences faites aux femmes dans l’Union européenne, dont le niveau est élevé.

« Si nous voulons protéger les femmes contre le niveau élevé d’abus qui semblent être courants en Europe, nous devons changer les choses », affirme le Directeur de la FRA, Morten Kjaerum, à la veille de la Journée internationale de la femme. « Changer d’attitude à l’égard des femmes, changer la portée des lois et des politiques et changer la manière dont les employeurs, les professionnels de la santé, les fournisseurs d’internet et la police traitent la violence à l’égard des femmes. »

Les résultats de l’enquête menée par la FRA à l’échelle de l’UE sur la violence à l’égard des femmes mettent en lumière des niveaux élevés d’abus. Ainsi, une femme sur trois a été victime de violence physique et/ou sexuelle à l’âge adulte et une femme sur deux a été harcelée sexuellement.

Ces résultats montrent que la violence à l’égard des femmes est une violation répandue des droits humains, qui doit être combattue par tous les moyens dont nous disposons. Différents acteurs doivent intervenir pour apporter les changements nécessaires dans le but de protéger et de soutenir efficacement les femmes victimes de violence sous toutes ses formes, par exemple la police et les organisations d’aide aux victimes, mais aussi les employeurs, les professionnels de la santé et les fournisseurs de services internet. La mise en œuvre de mesures de prévention et de sensibilisation à destination des hommes et des femmes est également essentielle.

Les conclusions de l’enquête sont présentées dans le rapport intitulé « La violence à l’égard des femmes : une enquête à l’échelle de l’UE ». L’enquête repose sur des entretiens menés avec 42 000 femmes des 28 États membres de l’UE, ce qui en fait la plus grande étude internationale jamais réalisée au monde sur la violence à l’égard des femmes. Les femmes ont été interrogées sur leurs expériences en matière de violences d’ordre physique, sexuel et psychologique, de violences dans l’enfance, de harcèlement sexuel et de traque furtive (« stalking »), ainsi que des abus commis sur internet et les nouveaux médias sociaux.

See also: