Vous vous intéressez à vos droits ? Alors, vous devriez vous intéresser au Parlement européen

Les droits de l’homme constituent un pilier du travail du Parlement européen, puisqu’ils préservent les valeurs qui font de l’Europe ce qu’elle est aujourd’hui : riche, diverse et vive, écrit le Directeur de la FRA, Morten Kjaerum, dans un article d’opinion publié dans plusieurs journaux européens. Voilà pourquoi il importe de s’intéresser aux prochaines élections parlementaires européennes. Après tout, ce parlement prendra des décisions qui concernent chacun d’entre nous pendant les cinq prochaines années.

C’est presque un cliché de dire que les Européens s’inquiètent de l’économie et que des sujets plus « légers » comme les droits de l’homme ne les intéressent pas. Et que, par conséquent, ils ne devraient pas être une priorité de l’UE, ou du moins pas tant que les problèmes économiques n’auront pas été résolus.

Mais, en réalité, rien ne saurait être plus éloigné de la vérité. Les Eurobaromètres, qui mesurent les points de vue des citoyens de l’UE dans les 28 États membres, montrent avec constance que les droits de l’homme constituent pour eux une priorité. Et ils attendent du Parlement européen qu’il les défende. En effet, 56 % des Européens déclarent que la protection des droits de l’homme devrait constituer une priorité pour le Parlement.

Nous devons également faire en sorte que les droits de l’homme restent l’un des axes de travail du Parlement, en préservant les valeurs qui font de l’Europe ce qu’elle est aujourd’hui : riche, diverse et vive. C’est ce que souhaite la majorité des Européens. Alors que les événements se succèdent aux frontières de l’UE, nous observons que c’est également ce dont l’Europe a besoin.

Les droits de l’homme ne sont pas réservés à quelques personnes. Ils concernent tout le monde. Et le Parlement européen a beaucoup œuvré pour promouvoir les droits de l’homme depuis les dernières élections de 2009. Les députés européens ont fait pression pour que les données à caractère personnel que nous mettons en ligne ne soient pas utilisées de manière abusive par des gouvernements ou des entreprises privées. À la suite des révélations, l’an dernier, des atteintes à grande échelle perpétrées de part et d’autre de l’Atlantique, le Parlement n’a pas hésité à lancer une enquête sur la surveillance massive des citoyens de l’UE, tout en recommandant la mise en place d’un cloud européen et indépendant et en réclamant la protection des dénonciateurs.

Il convient également de revenir sur les activités du Parlement dans le domaine de la lutte contre la violence à l’encontre des femmes. Cette année, les députés européens ont appelé à une stratégie de l’UE incluant une formation des forces de police pour faire face à cette violence et aider les victimes à se reconstruire et à retrouver confiance en elles. Une étude récente de l’Agence des droits fondamentaux a montré combien une action s’impose. En effet, un tiers des femmes de l’UE ont été victimes d’une agression sexuelle ou physique ou de violence domestique et souffrent de dépression, d’anxiété et d’autres problèmes psychologiques. Une jeune femme sur cinq a été harcelée sexuellement en ligne ou par le biais d’un autre nouveau média.

Toutes ces questions affectent et concernent des millions de personnes et le Parlement européen fait en sorte que la voix de chacun des 500 millions de citoyens de l’UE soit entendue et puisse changer la donne.

Il est devenu particulièrement important de faire entendre sa voix après la crise économique qui a secoué l’UE voici six ans. Partout, nous constatons un risque accru de violation des droits de l’homme en raison de la hausse du chômage et, avec lui, de la pauvreté, de l’incertitude et de l’intolérance. Ce sont précisément les personnes qui se trouvent dans les situations les plus précaires qui sont le plus exposées à des violations des droits de l’homme. Parallèlement, du fait des coupes opérées en ce qui concerne l’aide juridictionnelle dans le cadre des programmes d’austérité dans de nombreux pays, ces personnes sont souvent celles qui éprouvent le plus de difficultés à accéder à la justice dont elles ont besoin et à laquelle elles ont droit.

Le Parlement européen l’a reconnu et a également mené une enquête approfondie sur les actions de la Troïka, le groupe composé des trois institutions internationales qui a accordé des aides aux États membres de l’UE frappés par la crise. Les députés européens se sont interrogés sur les effets des plans d’austérité sur les droits économiques et sociaux et ont demandé si les conséquences plus larges de certaines mesures avaient été suffisamment prises en compte. Il est essentiel que le nouveau Parlement européen continue d’intégrer le facteur des droits de l’homme dans le débat en cours sur la politique économique et financière.

Les droits de l’homme ne sont pas simplement là lorsque tout va bien, « une fois que les vrais problèmes sont résolus ». Au contraire, c’est précisément en période de crise qu’une approche large et dotée de ressources est vitale pour la protection des droits de l’homme.

Il est essentiel que nous gardions cela à l’esprit à l’approche des élections du Parlement européen. Après tout, ce parlement prendra des décisions qui nous concernent, nous Européens, pendant les cinq prochaines années. Toutes les questions qu’il débat ne feront pas la une des journaux. Mais si votre droit à la vie privée vous importe, si vous voulez vous assurer que vous ne rencontrerez pas d’obstacles dans la création d’une entreprise parce que vous êtes une femme, un jeune ou une personne handicapée ou si vous voulez bénéficier d’une aide parce que vous avez été victime d’un crime à l’étranger, alors le travail du Parlement européen est important pour vous.

Toutes les élections démocratiques sont une opportunité et les élections au Parlement européen ne font pas figure d’exception. L’Union européenne elle-même est fondée sur un sens de l’opportunité : se déplacer, être innovant, faire du commerce, faire de nouvelles connaissances et acquérir de nouvelles compétences. Pour résoudre les problèmes de l’UE – et personne ne peut nier leur existence – nous avons besoin de propositions constructives, qui prennent appui sur les succès et l’expérience accumulés depuis des décennies. Pour être capables de relever les défis qui nous attendent, nous devons travailler ensemble.

Parce que l’Europe de demain dépend des Européens.

See also: