La FRA participe à une conférence ministérielle pour commémorer les victimes des régimes totalitaires

Le 23 août, la FRA a pris la parole lors de la conférence ministérielle organisée à Bratislava pour célébrer la Journée européenne du souvenir des victimes de régimes totalitaires. La conférence était organisée par la Présidence slovaque du Conseil de l'UE.

Ioannis Dimitrakopoulos, chef du département de l'égalité des chances et des droits des citoyens de la FRA, a souligné combien cet anniversaire rappelle à chacun d'entre nous la façon dont le racisme, l'antisémitisme et l'intolérance en tant qu'idéologies étatiques officielles ont été mis en échec, ainsi que la raison d'être de l'Union européenne, à savoir consolider la paix, la démocratie, l'état de droit et les droits de l'homme sur l'ensemble du continent.

M. Dimitrakopoulos a également évoqué la manière dont le solide cadre institutionnel en place en Europe en faveur des droits de l'homme permet d'atteindre cet objectif, grâce, notamment, aux organismes nationaux, européens et internationaux de défense des droits de l'homme, aux institutions des Médiateurs, aux mécanismes de protection des données et aux procédures politiques visant à sauvegarder l'état de droit.

Cependant, il a également fait allusion aux défis que l'UE doit surmonter actuellement, notamment la terreur inspirée par les meurtres aveugles de victimes innocentes, l'intolérance suscitée par la diversité culturelle et religieuse, ainsi que l'influence persistante de la crise économique et démographique, qui offrent un terreau fertile aux discours de peur et de haine.

Il a rappelé aux participants que nous ne pouvons pas lutter contre le terrorisme sans nous heurter à son fondement idéologique, tout en souhaitant que les débats médiatiques sur ce thème soient marqués par un discours fondé sur les droits, qui serait ainsi la manifestation des valeurs universelles que sont la tolérance, le respect de la diversité et la solidarité. Et d'ajouter que nous avons besoin du soutien de toutes les principales forces politiques.

Selon M. Dimitrakopoulos, nous devons aussi avoir l'honnêteté de reconnaître nos échecs s'agissant de faire respecter certains droits fondamentaux, tels que le droit à l'égalité de traitement. « Des actions concrètes et mesurables nous permettront d'apporter des changements tangibles dans la vie des individus, d'accroître les aspirations futures, de dissiper les incertitudes et d'apaiser les craintes, » a-t-il conclu.