La FRA renforce les capacités de contrôle des retours en Grèce

Du 12 au 14 juillet, la FRA a dispensé une formation intensive à dix contrôleurs des retours, en coopération avec le médiateur grec.

Cette formation visait à améliorer les connaissances des contrôleurs sur les droits fondamentaux dans le cadre des retours forcés et des réadmissions, afin qu’ils puissent mettre ces connaissances en pratique. Des conseils ont été dispensés aux contrôleurs des retours sur la manière d’observer les retours forcés et les réadmissions et d’établir des rapports à ce sujet, en se fondant sur les critères des droits fondamentaux, et sur la façon d’identifier les signes d’alerte précoce de violations potentielles de ces droits.

L’agence de l’UE chargé des frontières extérieures, Frontex, a également contribué à cette formation. Le bureau du médiateur grec a une mission de contrôle en ce qui concerne les retours et les réadmissions de Grèce vers des pays tiers, notamment les opérations de retour conjointes coordonnées par Frontex.

La préservation des droits de l’homme lors du contrôle des retours est ancrée dans la directive « retour » de l’UE, et est par conséquent contraignante pour tous les États membres. L’objectif final consiste à accroître constamment le contrôle des opérations de retour et de réadmission au fur et à mesure que leur nombre augmente. La formation a aidé les participants à se sentir plus confiants dans leur capacité à identifier les violations des droits fondamentaux et à les signaler dans le cadre du contrôle des retours forcés et des réadmissions. 

Elle a notamment permis aux contrôleurs : d’établir des rapports sur les opérations de retour forcé et de réadmission, sur la base des critères des droits fondamentaux, et d’identifier des signes précoces de situations qui pourraient potentiellement évoluer vers des violations des droits fondamentaux ; d’appliquer les normes régionales et internationales pertinentes reconnues sur l’utilisation de mesures coercitives et l’usage de la force, y compris les principes de nécessité et de proportionnalité lorsque des violations des droits fondamentaux sont identifiées ; d’observer avec assurance les opérations de retour et de réadmission et de consigner avec précision les faits qui se sont déroulés ; et de produire des rapports fidèles et détaillés, en formulant des recommandations constructives et réalistes, tout en identifiant les bonnes pratiques.