Un an après, la protection à l'égard des enfants réfugiés doit encore être renforcée

L'image du petit garçon syrien, Alan Kurdi, dont le corps a été retrouvé échoué le 2 septembre de l'an dernier, a suscité une vague d'indignation à l'échelle internationale. L'événement a contribué à mobiliser l'opinion sur la situation des réfugiés. Un an plus tard, la FRA constate que des efforts supplémentaires doivent être consentis afin de mieux protéger les enfants réfugiés.

Chaque mois, la FRA publie des rapports sur la situation des droits fondamentaux des nouveaux arrivants dans huit États membres, en particulier ceux affectés par d'importants mouvements migratoires. La protection des enfants en constitue l'un des principaux sujets de préoccupation, la FRA ayant défini un certain nombre de problèmes qu'il convient de résoudre, notamment:

  • L'identification des enfants à risque : l'absence d'orientations claires, un manque de personnel qualifié, et la pression des délais due aux failles dans les procédures d'identification et d'enregistrement contribuent aux difficultés à identifier les enfants à risque, ce qui devrait être fait immédiatement après leur premier enregistrement. L'incertitude quant à l'âge peut également avoir pour conséquence que des enfants soient traités comme des adultes.
  • Tutelle : malgré la nécessité de nommer au plus vite des tuteurs pour tous les enfants non accompagnés, il est difficile de trouver des personnes qualifiées et indépendantes pour assumer ce rôle. L'interprétation et la traduction peuvent également poser des problèmes de communication entre tuteurs et enfants.
  • Structures d'accueil : les structures de premier accueil sont souvent inadéquates pour les enfants non accompagnés et les familles. Une telle situation accroît le risque de fuite, d'exploitation, de violence et d'abus pour ces enfants.
  • Disparitions d'enfants : souvent, aucune mesure efficace n'est prévue pour la prévention ou la gestion de disparitions d'enfants, malgré les taux élevés d'enfants portés disparus par rapport aux zones de premier accueil.
  • Regroupement familial : les délais d'enregistrement des demandes d'asile et l'accès à la protection internationale constituent des entraves au regroupement familial.
  • Rétention : en matière de migration, les enfants ne devraient pas être placés en rétention. Toutefois, cela se produit souvent, y compris en dehors de toutes mesures de garantie spécifiques et dans des conditions qui ne respectent pas les droits des enfants.

Les rapports couvrent les pays suivants : Allemagne, Autriche, Bulgarie, Grèce, Hongrie, Italie et Suède. La FRA poursuit sa collecte de données sur la situation de ces pays et réalise des recherches sur les enfants migrants en rétention administrative.