Avancer dans la voie de l’égalité pour les personnes LGBTI : le Directeur de la FRA dresse l’état des lieux et donne un aperçu des perspectives

FRA Director Michael O’Flaherty speaks at an LGBTI conference in Malta, 23 February 2017
FRA Director Michael O’Flaherty speaks at an LGBTI conference in Malta, 23 February 2017
Les personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres et intersexuées (LGBTI) se heurtent encore à la discrimination, la haine et la violence dans leur vie quotidienne en dépit de plusieurs développements positifs intervenus ces dernières années, a déclaré le Directeur de la FRA, Michael O'Flaherty, lors d’une conférence sur l’égalité des personnes LGBTIQ qui s’est tenue à Malte le 23 février.

Le Directeur s’est exprimé lors de l’ouverture de la conférence ministérielle de haut niveau sur l’intégration de l’égalité des personnes LGBTIQ, organisée à Malte par la Présidence maltaise du Conseil de l'UE, en collaboration avec la FRA et les subventions de Norvège et de l’EEE.

Pour les aspects positifs, il a rappelé la rédaction des principes de Yogyakarta, une initiative modeste au départ, qui est devenue un projet remarquable en ce que les questions d’égalité des personnes LGBTI ont été traitées comme des questions de droits de l'homme. Le Directeur a également évoqué des développements au niveau international, comme le rapport du HCDH des Nations Unies, Vivre libres et égaux, qui cartographie des centaines de bonnes pratiques en matière de lutte contre la violence et la discrimination à l’égard des personnes LGBTIQ, et la nomination récente d’un expert indépendant sur les questions LGBTI.

Toutefois, a-t-il ajouté, la longue liste des pays où le fait d’être gay ou lesbienne est passible de la peine de mort est un sombre rappel de ce qui reste à faire. Dans ce contexte, le Directeur a annoncé que la problématique des demandeurs d'asile LGBTIQ fera l’objet d’un bref rapport de la FRA en mars.

En ce qui concerne l’UE, il a attiré l’attention sur trois documents d’orientation de la FRA consacrés aux questions liées à l’intégration de l’égalité des personnes LGBTIQ dans l’éducation, les soins de santé et la sécurité publique, qui sont les thèmes de discussion de la conférence, et fondés sur une recherche approfondie de la FRA. Pour que ces questions soient abordées de manière utile dans l’UE, le Directeur de la FRA a proposé neuf points pour structurer les travaux :

1. Éviter les préjugés géographiques – les problèmes que rencontrent les personnes LGBTIQ existent partout et aucun pays ne les a entièrement résolu.

2. Il ne s’agit pas simplement d’être bienveillant ou juste, il s’agit du droit.

3. Le principe de l’égalité pour tous doit être respecté. 

4. Éviter de faire des personnes LGBTIQ un problème, mais reconnaître au contraire que c’est la société et la population qui peuvent dresser des obstacles à l’égalité.

5. L’attitude du public à l’égard des personnes LGBTIQ reste problématique ; une enquête de la FRA sur les personnes LGBT a révélé qu’il n’existe pas un État membre où plus de la moitié de la communauté LGBTIQ est prête à tenir la main de leur partenaire en public.

6. Les droits des personnes LGBTIQ doivent être respectés ; en matière de soins de santé, par exemple, elles ne devraient pas éviter de demander l’aide dont elles ont besoin.

7. Il convient d’accorder davantage d’attention à la situation des personnes transgenres et intersexuées.

8. Il y a lieu de mieux recenser les bonnes pratiques et d’en tirer des enseignements.

9. Les crimes de haine à l’égard des personnes LGBTIQ devraient faire l’objet de poursuites et il convient d’exiger des excuses pour les abus qui ont eu lieu au cours de l’histoire.

En conclusion, le Directeur de la FRA a observé que Malte, qui accueille la conférence et est un leader européen en matière de questions LGBTIQ, pourrait être une source d’inspiration pour trouver des moyens de faire preuve de leadership mondial dans le domaine.