Éduquer pour demain en tirant les leçons du passé

La vague croissante d’intolérance qui se répand en Europe témoigne de la vulnérabilité des droits de l'homme et de la nécessité de veiller en permanence à leur protection. À la veille de la Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste, le 27 janvier, l’Agence des droits fondamentaux de l'Union européenne (FRA) et l’International Holocaust Remembrance Alliance (IHRA) appellent à de plus grands efforts afin de reconnaître et de réfléchir aux horreurs du passé et de lutter contre toutes les formes de xénophobie et d’intolérance.

« Je suis extrêmement inquiet de la prévalence croissante de l’intolérance et des actes de haine en Europe », a déclaré le Directeur de la FRA, Michael O'Flaherty. « Oublier les victimes de l’Holocauste équivaudrait à les déshonorer. Dans le même temps, une vive sensibilité envers le passé peut guider le présent. Cette période effroyable de l’histoire de l’humanité démontre la nécessité non négociable du respect et de la tolérance dans nos sociétés aujourd’hui. »

« Il importe de rappeler que l’Holocauste n’a pas commencé par des meurtres – il a commencé par des mots et a évolué vers le dénigrement des droits fondamentaux pour atteindre son apogée avec un génocide. C’est la raison pour laquelle l’International Holocaust Remembrance Alliance est si déterminée à combattre toutes les formes de discours de haine, y compris l’antisémitisme. Les discours de haine ne s’arrêtent pas aux frontières nationales, de sorte que nous nous tenons aux côtés de nos partenaires internationaux, dont l’Agence des droits fondamentaux de l'Union européenne, pour lutter contre ce fléau à ses racines », a déclaré le Président de l’IHRA, Mihnea Constantinescu.

Après la Seconde Guerre mondiale et la terrible tragédie de l’Holocauste, la Déclaration universelle des droits de l’homme a été élaborée pour former un corpus exhaustif des droits dont chacun dispose en raison de l’humanité que nous partageons tous. Les droits énoncés dans la Déclaration universelle ont ensuite évolué et ont été consacrés dans des traités internationaux ainsi que des constitutions, des politiques et des législations nationales.

Cependant, malgré la solidité des cadres européen et international en matière de droits de l'homme, nous assistons en de nombreux endroits à un recul majeur de l'engagement en leur faveur. Il est d’autant plus important de lutter contre la négation et la dénaturation de l’Holocauste et de tirer les leçons du passé pour faire en sorte que les générations futures d’Europe n’aient plus à faire face aux horreurs de la guerre et du génocide.

L’Agence des droits fondamentaux est l’un des sept partenaires internationaux permanents de l’IHRA. Ensemble, nous sommes déterminés à honorer les victimes de l’Holocauste et à sensibiliser les générations actuelles au passé afin d’éviter de futures violations des droits fondamentaux. L’Holocauste nous montre les conséquences potentielles de politiques qui privent les individus de leurs droits fondamentaux et bafouent la dignité humaine. L’éducation au sujet de l’Holocauste et des droits de l’homme peut donc nous en apprendre beaucoup sur l’importance du souvenir et d’une vraie citoyenneté, dont nous avons tant besoin aujourd’hui.