La violence à l’égard des femmes : un phénomène encore trop présent

Les femmes continuent à être victimes de violence, de harcèlement et de comportements haineux dans leur vie quotidienne. Cela les affecte dans tous les domaines de la vie, que ce soit en ligne ou hors ligne, chez elles ou sur leur lieu de travail, ainsi que dans la rue. En 2014 déjà, l’enquête novatrice de l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne (FRA) mettait en lumière l’ampleur et la gravité des abus commis envers les femmes dans l’UE. Aujourd’hui, les récentes allégations choquantes contre le producteur de films américain Harvey Weinstein ont déclenché de nouvelles révélations d’abus largement répandus ailleurs. Ces nouveaux exemples s’inscrivent dans la lignée de nombreux autres cas, soulignant le besoin urgent de prévenir et de combattre toutes les formes de violence à l’égard des femmes.

L’enquête de 2014 démontrait l’omniprésence de la violence à l’égard des femmes :

  • 33 % des femmes ont subi des violences physiques et/ou sexuelles ;
  • 55 % des femmes ont été victimes de harcèlement sexuel ;
  • 20 % des jeunes femmes ont fait l'objet de harcèlement en ligne ;
  • 22 % ont été victimes de violences physiques et/ou sexuelles perpétrées par un(e) partenaire ;
  • 32 % des victimes ont été harcelées par un(e) collègue, un(e) supérieur(e) hiérarchique, ou un(e) client(e).

Ces chiffres, ainsi que des enquêtes ultérieures, ont montré que les auteurs de ces violences sont issus de l’ensemble des milieux sociaux et politiques. La plupart sont des hommes. Ils agissent dans tous les domaines de la vie, et tant en ligne que hors ligne.

L’UE et ses États membres sont déterminés à lutter contre la violence à l’égard des femmes. Il existe un cadre légal destiné à préserver les droits et la dignité des femmes et des filles. Dernièrement, en juin 2017, l’UE elle-même a signé la Convention du Conseil de l’Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique, que tous les États membres ont signée et que 15 d’entre eux ont ratifiée.

Néanmoins, beaucoup reste encore à faire avant que l’égalité des genres devienne une réalité et que les femmes puissent vivre dans un environnement exempt de violence fondée sur le genre et de misogynie.

L’édition 2017 du colloque annuel sur les droits fondamentaux de la Commission européenne, qui se tiendra au mois de novembre, sera consacrée aux droits des femmes. Ce forum permettra également d’aborder le lien entre la misogynie dans la société et la violation des droits fondamentaux des femmes, le sujet d’un document élaboré par la FRA en prévision de l’événement. Ce document identifie de nouvelles preuves des différentes formes de préjugés, de mépris ou de haine constatées à l’égard des femmes et des filles au sein des États membres, et propose des pistes possibles visant à promouvoir l’égalité des genres et à combattre toutes les formes de cette violence.

Ces éléments de preuve feront apparaître la nécessité urgente pour l’UE et les États membres de prendre des mesures décisives, dont de nombreux exemples apparaissent dans le rapport des résultats de l’enquête de la FRA. Ceci afin de contribuer au plein exercice des droits des femmes et des filles : le droit à la vie, à la liberté et à la sécurité, à l’éducation, le droit au logement, le droit de travailler et de participer à la vie publique. Il s'agit là de l’unique moyen d’assurer que les femmes et les filles vivent à l’abri de toute violence dans une société qui les traite sur un pied d’égalité.