Agir au niveau local pour contribuer à relever les défis liés à la migration

Les grandes villes peuvent jouer un rôle crucial pour relever les défis actuels liés à la migration, a déclaré le directeur de l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne (FRA) lors de la conférence sur l’état de l’Union de cette année, qui s’est tenue à Florence le 10 mai.

S’appuyant sur le travail de l’agence dans les divers États membres, il a mis en évidence des facteurs de réussite importants qui se distinguent systématiquement. Par exemple, les stratégies d’intégration font preuve d’un meilleur fonctionnement en présence d’une autonomisation locale et d’une prise de décision déléguée au niveau local, au sein des petites et grandes villes plutôt que dans les capitales. De meilleurs résultats sont invariablement constatés lorsque les autorités locales, les migrants et la communauté locale sont invités à participer aux conversations qui les concernent, ce qui est un facteur connexe.

Le directeur a également constaté que les grandes villes jouent un rôle d’incubateurs de pratiques encourageantes. Elles peuvent être des laboratoires d’idées innovantes pouvant être directement transposées ailleurs. À ce sujet, il a notamment cité des exemples concrets, tels que l’initiative de Rotterdam encourageant les migrants à devenir bénévoles dans les communautés et l’initiative d’Athènes proposant des cours de langue aux parents migrants dans les écoles où leurs enfants sont scolarisés.

Néanmoins, il a également reconnu que, s’il existe des pratiques prometteuses, on observe également de nombreux exemples dans lesquels des conflits sont nés. Il met en garde contre le manque d’intérêt porté au contexte plus large, à la dimension macroscopique à l’échelle mondiale, européenne ou nationale pour se concentrer sur des solutions locales. Les deux parties de l’équation revêtent une importance égale, en particulier dans la mesure où de nombreuses décisions sont susceptibles d’être prises au niveau national, et non local. À ce sujet, il a donné l’exemple de la mise à disposition de logements pour les migrants alors que, dans certains pays, l’office du logement se trouve dans la capitale. Les divers modèles de gouvernance et leurs différents niveaux de contrôle centralisé qui existent au sein de l’Union peuvent avoir une incidence considérable sur les résultats auxquels les grandes villes peuvent parvenir.

Une approche fondée sur les droits de l’homme pourrait être utile, car les engagements en matière de droits de l’homme sont ancrés dans la législation. Ils ont donc force exécutoire et les États membres peuvent être tenus pour responsables. En outre, les obligations légales existantes sont exhaustives en ce qui concerne l’engagement vis-à-vis des situations qui s’avèrent les plus difficiles pour nous tous. À ce sujet, le directeur a attiré l’attention sur la Convention européenne des droits de l’homme, sur les traités des Nations Unies et, bien évidemment, sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne. Ceux-ci donnent des orientations et des conseils concernant tous les domaines de la vie, du logement à l’emploi, pour lutter contre le discours de haine et mettre en place des procédures d’asile claires.

Par ailleurs, les droits de l’homme appartiennent à tout le monde, et non à un seul groupe. Ils constituent par conséquent un moteur d’intégration, car ils s’appliquent aussi bien à la communauté locale qu’à la communauté des migrants.

Le directeur a conclu en s’inspirant des nombreux réseaux de villes qui voient le jour. Le Réseau de villes pour les droits humains, la Coalition européenne des villes contre le racisme, et bien d’autres encore, ont tous le potentiel de nous apporter leur soutien. Ils peuvent nous montrer comment les petites et grandes villes ainsi que les villages peuvent tous nous aider à relever les défis liés à la migration auxquels l’Europe fait face.