Aider les médias à s’élever contre l’injustice

Les journalistes sont de plus en plus confrontés à des tentatives visant à museler leur travail qu’ils réalisent pour révéler la corruption, l’injustice et les menaces pour la démocratie. À l’occasion du 3 mai, date de la Journée mondiale de la liberté de la presse, l’Agence des droits fondamentaux de l’UE (FRA) estime qu’il est temps de mettre un terme à de telles pressions, afin qu’une presse libre puisse contraindre les États à rendre compte de l’injustice et des violations des droits.

« Une presse libre est l’une des caractéristiques d’une démocratie saine et dynamique. Elle est le miroir de notre société et nous révèle sa nature réelle », déclare Michael O’Flaherty, directeur de la FRA. « Pour contenir le pouvoir, les États membres doivent s’abstenir d’interférer avec la liberté de la presse. Ils doivent veiller à ce que les journalistes puissent enquêter librement et remettre les faits en question, tout en exposant des inquiétudes légitimes ».

Selon un récent sondage de la BBC, la plupart des Européens estiment que leur pays est aujourd’hui plus polarisé qu’une décennie plus tôt ; près de la moitié d’entre eux considèrent que leur société est moins tolérante. Ceci est en partie dû aux rhétoriques populistes qui gagnent du terrain dans de nombreux endroits et qui s’accompagnent de contestations de l’état de droit et des systèmes judiciaires.

Les médias jouent un rôle primordial dans l’information des individus et la dénonciation des mensonges, des violations des droits, de l’injustice et des abus de pouvoir. Ils font découvrir aux individus des problèmes dont la société doit être consciente, et ils leur permettent de prendre des décisions en connaissance de cause. Ils contraignent également les responsables politiques et les gouvernements à répondre de leurs actes, conservant des traces de ce qui a été dit et fait précédemment.

Toutefois, le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières en 2018 attire l’attention sur des tendances inquiétantes en Europe, qui est traditionnellement un havre pour les journalistes. Ces derniers sont régulièrement menacés et attaqués parce qu’ils accomplissent leur travail, comme l’avait également remarqué un document publié par la FRA en 2016. Les meurtres atroces du journaliste Ján Kuciak et de sa fiancée Martina Kušnírová, en mars 2018 en Slovaquie, et de la journaliste d’investigation Daphne Caruana Galizia, en octobre 2017 à Malte, sont des témoignages bouleversants des dangers extrêmes rencontrés par les journalistes.

Ces derniers affrontent aussi l’intimidation en ligne. Les femmes journalistes sont particulièrement affectées par les commentaires injurieux et les menaces des lecteurs. Ceci risque de compromettre la couverture médiatique impartiale de questions telles que l’intégration des réfugiés ou les manifestations contre le racisme.

La concentration des médias fait également pression sur leur travail. Les journalistes peuvent être confrontés à des pressions commerciales au sujet du contenu éditorial, car de plus en plus de médias sont aux mains de propriétaires moins nombreux.

De tels abus et pressions risquent d’ébranler la liberté de la presse, la liberté de l’information et la liberté d’expression. Des efforts accrus sont donc nécessaires pour combattre ces problèmes et protéger les médias.

Les récentes règles de protection des lanceurs d’alerte de la Commission européenne donnent un exemple de ce qui peut être accompli en ce sens. Offrir des garanties plus fortes pour protéger les sources allégera une partie des pressions subies par les journalistes lorsqu’ils dénoncent l’injustice et parlent librement pour défendre les nombreuses personnes dont les droits ont été violés.