Contribuer à l’éradication de la discrimination et de la violence envers les femmes

Partout dans le monde, trop de femmes sont encore régulièrement victimes de discrimination, de harcèlement et de violence au quotidien, plus de 20 ans après l’engagement pris par des gouvernements issus du monde entier pour parvenir à une égalité des genres et à l’autonomisation des femmes. À l’occasion de la journée internationale de la femme, l’Agence européenne des droits fondamentaux (FRA) demande à renouveler les efforts contribuant au respect de ces engagements de grande envergure pris à Pékin, en 1995, lors de la conférence mondiale des Nations Unies sur les femmes.

Pour traiter cette question de manière efficace, les décideurs politiques ont besoin de données fiables, qui leur permettent d’évaluer l’incidence des mesures existantes et de concevoir de nouvelles mesures garantissant un maximum de résultats.

L’enquête exhaustive réalisée par la FRA à l’échelle de l’Union européenne sur la violence à l’égard des femmes a permis de fournir ces données. Elle a également encouragé les pays à ratifier la Convention d’Istanbul du Conseil de l’Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique. Il s’agissait du premier instrument juridiquement contraignant exigeant des pays qu’ils disposent de lois contre différentes formes de violence à l’égard des femmes.

L’Union européenne a signé la Convention en 2017, ce qui a à nouveau adressé un signal fort à la société concernant la nécessité de promouvoir et de protéger les droits de la femme en ces temps de turbulences.

Tel était également l’objectif du 3e colloque annuel de la Commission européenne sur les droits fondamentaux. La FRA y a contribué en présentant les engagements en matière de droits de l’homme et a fourni des exemples parlants des obstacles auxquels les femmes ont fait face dans l’ensemble de l’Union européenne au cours des trois dernières années.

Les difficultés liées à la violence, à la haine et à la discrimination sont aisément identifiables à travers ces enquêtes. Ces dernières apportent un éclairage précieux que d’autres données officielles sur les crimes enregistrés sont souvent susceptibles d’omettre.

Le faible signalement d’incidents de discrimination, de harcèlement et de violence est courant, ce qui fausse souvent les taux réels de violence fondée sur le genre. Le faible signalement concernerait principalement les groupes marginalisés comme les femmes et les jeunes filles migrantes qui sont les plus exposées aux violences sexuelles et à caractère sexiste.

Les membres de minorités ethniques peuvent également faire l’objet de discrimination et de harcèlement en raison de leur genre ou de leur ethnicité. En septembre de cette année, la FRA mettra en lumière les expériences de discrimination dont font l’objet les femmes roms et migrantes, sur la base de sa seconde étude sur les minorités et sur la discrimination dans l’Union européenne.

Tous ces éléments témoignent de la nécessité de disposer de meilleures données et de mieux utiliser les données existantes en coopérant et en partageant les informations. Ce point, ainsi que d’autres questions, seront examinés lors de la prochaine session de la Commission de la condition de la femme des Nations Unies.

Celle-ci vise notamment à étudier la meilleure manière d’accélérer la mise en œuvre de la déclaration et du programme d’action de Beijing afin d’obtenir des résultats concrets avant 2020. À cet égard, le directeur de la FRA alimentera ces discussions de haut niveau sur la meilleure manière de progresser et de garantir une incidence durable.

D’importantes étapes ont déjà été franchies. Les États membres qui doivent encore ratifier la Convention d’Istanbul sont invités à le faire dès maintenant afin de mettre un terme aux souffrances endurées par un trop grand nombre de femmes.