Des données exactes nécessaires pour lutter efficacement contre l’antisémitisme

Selon le dernier aperçu annuel des données relatives à l’antisémitisme dans l’Union européenne, publié par l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne (FRA), la persistance des problèmes posés par la quantité limitée des données entrave la mise en œuvre de mesures efficaces pour lutter contre les problèmes relatifs à l’antisémitisme qui perdurent en Europe. Sans ces données, les efforts entrepris par les autorités et par la société civile pour lutter contre l’antisémitisme ne seront pas ciblés et resteront généraux.

Ce rapport, intitulé Antisemitism: Overview of data available in the European Union 2007–2017 (Antisémitisme : aperçu des données disponibles dans l’Union européenne 2007-2017), est publié le jour de la commémoration des pogroms antisémites de la « Nuit de cristal » qui ont eu lieu le 9 novembre 1938. Comme lors des années précédentes, il souligne les problèmes liés au caractère limité des données qui existent sur les expériences de la population en matière d’antisémitisme.

Le rapport indique que, dans huit États membres de l’Union, les données officielles relatives aux incidents à caractère antisémite signalés n’étaient pas disponibles pour l’année 2017.

En outre, en raison du très faible nombre de plaintes déposées par les victimes et de la diversité des approches nationales en matière de collecte de données, il n’est pas aisé pour les décideurs politiques de comprendre l’étendue, la nature et les caractéristiques de l’antisémitisme dans leur pays et dans l’ensemble de l’Union.

Cependant, d’après les données officielles et non officielles disponibles, l’antisémitisme reste un sujet de vive préoccupation qui exige que davantage de mesures soient prises.

Par conséquent, il est essentiel de redoubler d’efforts pour lutter contre le faible signalement en encourageant les victimes et les témoins à signaler l’antisémitisme et à porter plainte. En outre, les autorités doivent également être dotées de systèmes permettant l’enregistrement des incidents à caractère antisémite.

Il y a également lieu d’améliorer la collecte de données nationales relatives aux crimes de haine, y compris l’antisémitisme. Dans ce contexte, le recueil de pratiques pour lutter contre les crimes de haine de la FRA, qui présente des exemples de la manière dont certains États membres enregistrent les crimes de haine, pourrait s’avérer utile.

La FRA aide également les États membres à améliorer l’enregistrement et la collecte des données sur les crimes de haine au sein du groupe de haut niveau de l’Union européenne sur la lutte contre le racisme, la xénophobie et d’autres formes d’intolérance.

Des enquêtes nationales sur la victimisation peuvent également guider les États membres dans la lutte contre l’antisémitisme. De même, des enquêtes répétées peuvent permettre de dégager des tendances et contribuer à la mesure de l’efficacité des efforts entrepris.

Le 10 décembre, l’agence publiera les résultats de sa deuxième enquête sur les perceptions et les expériences des personnes juives de l’antisémitisme au sein de l’Union européenne.

L’éducation est essentielle pour prévenir les attitudes intolérantes. Elle peut contribuer à favoriser la tolérance, à répandre les valeurs universelles et à encourager la pensée critique. Elle peut aussi aider les enfants et les jeunes à faire évoluer les mentalités de leur famille et de leur communauté et, en définitive, de la société.

Le rapport mis à jour regroupe les données disponibles concernant les incidents à caractère antisémite recueillies par des sources internationales, gouvernementales et non gouvernementales, du 1er janvier 2007 au 31 décembre 2017.

Au moment de la rédaction de ce rapport, aucune donnée officielle concernant les incidents à caractère antisémite signalés en 2017 n’était disponible pour l’Espagne, la Finlande, la Hongrie, l’Irlande, Malte, le Portugal, le Royaume-Uni et la Suède.

Ce rapport est le dernier d’une série de rapports annuels sur la collecte de données sur l’antisémitisme, publiés par la FRA et par l’organe qui l’a précédé, l’Observatoire européen des phénomènes racistes et xénophobes (EUMC).