Donner la parole aux jeunes, aujourd’hui et demain

À l’échelle mondiale, les jeunes n’ont jamais été aussi nombreux. Dans le monde, 1,8 milliard de jeunes gens vivent dans la tourmente. Alors que le 12 août marquera l’édition 2018 de la Journée internationale de la jeunesse, l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne (FRA) se joint à l’appel lancé en faveur d’espaces sécurisés pour les jeunes, thème de la Journée internationale cette année.

Aujourd’hui, les jeunes sont confrontés à une instabilité politique et à une surinformation émanant de points de vue polarisés, parfois authentique, parfois fallacieuse. Ils éprouvent des difficultés à se faire une place sur un marché du travail volatile où la sécurité de l’emploi dont ont profité leurs parents est révolue. De plus, avec des  possibilités de participation civique et politique limitées, ils risquent de se retrouver en marge de la société.

Du 25 au 27 septembre, la FRA animera à Vienne son forum des droits fondamentaux. Une attention particulière a été accordée à la possibilité offerte aux jeunes de participer activement aux discussions et de faire entendre leur voix sur les questions qui les touchent.

Des sessions seront organisées, au cours desquelles les jeunes s’exprimeront sur leur expérience en matière de protection de leurs données à caractère personnel à l’ère numérique. Ils s’exprimeront également sur les véritables obstacles auxquels ils sont confrontés dans l’exercice de leurs droits et l’accès aux services publics.

D’autres sessions de la conférence seront consacrées à la pauvreté infantile, à l’éducation ouverte à tous, à un marché du travail plus équitable, à la violence à l’encontre des jeunes femmes, et à bien d’autres thématiques encore. Tous les sujets qui, chaque jour, concernent les jeunes où qu’ils soient, seront abordés.

Des exemples concrets viendront illustrer le pouvoir du sport en ce qu’il permet de rassembler, de promouvoir des valeurs communes et des sociétés inclusives.

Ces espaces de sécurité permettront aux jeunes, quel que soit leur parcours, de se faire entendre et d’exprimer leurs principales préoccupations. En leur permettant de participer et d’être écoutés, ils se donneront les moyens de s’impliquer dans le monde virtuel et le monde réel, ce qui contribuera au changement pour leur avenir, et pour le nôtre.