L’accès à une meilleure éducation est essentiel pour briser le cycle de la pauvreté des Roms

Les jeunes Roms sont prisonniers du cercle vicieux de la pauvreté en raison de leur éducation lacunaire et de leurs perspectives d’emploi limitées ; tel est le constat dressé dans un nouveau rapport de l’Agence des droits fondamentaux de l’UE (FRA).

Afin d’en comprendre les raisons, le rapport de la FRA Transition from Education to Employment of Young Roma in Nine EU Member States, consacré au passage des jeunes Roms de l’éducation à la vie active dans neuf États membres de l’UE, analyse les facteurs qui empêchent les Roms de recevoir une bonne éducation et d’avoir accès à l’emploi.

Il compare leur situation dans une sélection d’États membres de l’UE de 2011 à 2016. Entre 2014 et 2020, ces États, considérés dans leur ensemble, auront consacré 1,4 milliard d’euros provenant de fonds de l’UE à l’aide au développement de l’inclusion sociale des Roms. Cependant, à ce jour, ces investissements ont eu un effet négligeable. L’emploi des jeunes Roms, notamment des femmes, s’est à peine amélioré, bien que le niveau d’éducation soit légèrement plus élevé.

Le fait de vivre dans des logements surpeuplés, dans des zones isolées ou le fait d’être exposé au risque de pauvreté tend à accroître la probabilité que de jeunes Roms arrêtent leurs études avant d’avoir achevé le deuxième cycle de l’enseignement secondaire ou leurs études à vocation professionnelle. Dans la mesure où 80 % des Roms sont exposés au risque de pauvreté, il est essentiel d’éradiquer la pauvreté afin de les aider à accéder à un niveau d’enseignement plus élevé.

Ayant reçu une meilleure éducation, les Roms trouveront aussi des emplois plus sûrs et de meilleure qualité.

La situation des jeunes Roms âgés de 16 à 24 ans est particulièrement critique, étant donné que deux tiers d’entre eux ne travaillent pas, n’étudient pas et ne suivent pas de formation. Ils sont ainsi plus de trois fois plus nombreux dans cette situation que les jeunes des mêmes catégories d’âge issus de la population générale des pays sur lesquels la FRA a porté son attention.

Les rôles de genre traditionnels sont aussi en cause. Ainsi, les hommes roms sont deux fois plus nombreux à travailler que les femmes roms. Ce constat met en évidence l’importance que revêtent l’éducation et l’accueil de la petite enfance afin de permettre à un plus grand nombre de femmes roms de travailler.

Cependant, il souligne également la manière dont l’éducation peut aider les Roms à échapper au cercle de la pauvreté. Alors que les femmes roms sont de plus en plus nombreuses à avoir reçu une éducation de meilleure qualité, il semble qu’elles aient plus de chances que les hommes d’occuper des emplois qualifiés permanents.

Le rapport souligne également la manière dont l’antitsiganisme et la discrimination peuvent réduire les perspectives d’emploi et donner accès à des postes de moindre qualité, assortis d’une moindre sécurité de l’emploi, et à des salaires et des avantages moins importants.

L’analyse se fonde sur l’enquête de la FRA intitulée Enquête de l’Union européenne sur les minorités et la discrimination (EU-MIDIS II), consacrée aux Roms dans neuf États membres de l’UE en 2016 : Bulgarie, Croatie, Espagne, Grèce, Hongrie, Portugal, République tchèque, Roumanie et Slovaquie.