Le durcissement des politiques migratoires reste préoccupant

Selon le dernier rapport de l’agence sur les questions de droits fondamentaux liées à la migration, les droits fondamentaux restent menacés parce que certains gouvernements continuent de suivre une ligne dure en matière de migration. Le rapport souligne la mise en place de contrôles plus stricts aux frontières, les mauvaises conditions d’accueil (qui touchent en particulier les femmes et les enfants), ainsi que les problèmes liés aux crimes de haine.

Découvrez les faits marquants de septembre 2018 >>

Comme le montre l’examen de la situation dans 14 États membres de l’UE, des problèmes persistent le long des frontières externes et internes de l’UE. Ainsi, l’Italie poursuit sa politique visant à empêcher les navires de sauvetage d’accoster et de débarquer des passagers sur ses côtes. L’Espagne a immédiatement renvoyé des étrangers entrés sans autorisation et en masse dans le pays, sans accorder le délai nécessaire à l’examen des demandes d’asile. Les tensions subsistent à la frontière entre l’Italie et la France et les contrôles se durcissent à la frontière entre l’Autriche et l’Allemagne.

L’accès restreint à la procédure d’asile reste problématique en Croatie, en Grèce, en Hongrie et en Pologne, des cas de refoulements étant signalés par des ONG.

Des ONG ont rapporté que, dans les zones de transit en Hongrie, des demandeurs d’asile déboutés ne recevaient pas de nourriture s’ils faisaient appel de la décision de rejet de leur demande. Après intervention de la Cour européenne des droits de l’homme, il a été mis fin à cette pratique.

Les conditions dans les centres d’accueil et de rétention demeurent problématiques, notamment en Grèce, à savoir dans la région d’Evros frontalière de la Turquie et dans les centres d’accueil et d’enregistrement (« hotspots ») de migrants situés sur des îles grecques. L’île de Lesbos a ainsi accueilli un nombre de demandeurs d’asile trois fois plus grand que sa capacité officielle. De nombreux problèmes ont été signalés sur l’île de Chios : insuffisance du nombre de douches et d’installations sanitaires, défaillance du réseau électrique, absence d’accès à l’eau potable, perpétration de violences envers des femmes et absence de soins médicaux.

En France, on trouve toujours des camps de fortune, dans lesquels les conditions de vie s’aggravent.

On signale encore des attaques contre des migrants, notamment des cas de violences policières en Croatie. De nombreux crimes de haine ont été enregistrés en Italie et en Espagne. En Pologne, il semble y avoir une augmentation du nombre de crimes de haine perpétrés à l’encontre de réfugiés et de demandeurs d’asile. En Allemagne, l'acceptation des migrants continue de diminuer alors que de nombreux crimes de haine ont été signalés.

L’agence recueille des données sur la situation en matière de droits fondamentaux des personnes arrivant dans les États membres particulièrement concernés par d’importants mouvements migratoires. Ce rapport porte sur les 14 États membres suivants : Allemagne, Autriche, Bulgarie, Croatie, Danemark, Espagne, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Italie, Pays-Bas, Pologne et Suède.

La FRA publie ses panoramas de la migration depuis septembre 2015.