Les refoulements de migrants suscitent des préoccupations croissantes dans certains États membres

Migrants crossing the Serbian border into Opatovac, Croatia
Migrants crossing the Serbian border into Opatovac, Croatia
Selon le dernier rapport de l’agence sur les questions de droits fondamentaux liées à la migration, des migrants sont refoulés aux passages frontaliers dans plusieurs États membres sans avoir la possibilité d’exercer leur droit d’asile. Les refoulements et renvois vers les pays où ils risquent d’être persécutés ne constituent que quelques-unes des épreuves susceptibles d'être endurées par les migrants tentant d’entrer dans l’Union européenne ou de la traverser.

Découvrez les faits marquants de mars 2018 >>

Le rapport concerne 14 États membres de l’UE et révèle de quelle manière les migrants sont encore refoulés en Croatie, en Espagne et en France sans pouvoir présenter une demande de protection internationale. En Grèce, à la frontière turque, de plus en plus de familles, de femmes enceintes et de victimes de tortures qui risquent d’être persécutées sont renvoyées de force de l’UE.

Pour les migrants qui se trouvent déjà dans l’UE, des problèmes récurrents persistent.

En Espagne, par exemple, les conditions d’accueil du nombre croissant de migrants récemment arrivés restent critiques et la situation semble empirer. D’après le Médiateur espagnol, des femmes avec leurs bébés et des enfants non accompagnés étaient gardés dans des cellules de type carcéral et des hommes dormaient à même le sol sans chauffage. On constatait par ailleurs des retards dans le traitement des demandes d’asile.

En Grèce, les centres d’accueil des hotspots migratoires sur les îles de Lesvos, Samos et Chios restent surpeuplés, et ce malgré la diminution du nombre d’arrivants.

L’intolérance croissante envers les migrants constitue un autre sujet de préoccupation. En Hongrie, par exemple, la politique gouvernementale anti-migratoire de plus en plus dure a provoqué un durcissement de l’attitude du grand public à l’égard des migrants et a entrainé, selon les ONG présentes dans le pays, une montée de la xénophobie. En Allemagne, le nombre d’attaques contre les réfugiés augmente à nouveau. En 2017, environ 2 220 attaques contre des réfugiés et leurs logements ont eu lieu et au moins 300 personnes ont été blessées. Des attaques ont également été signalées en Italie et en Grèce.

L’agence recueille des données sur la situation des droits fondamentaux des personnes arrivant dans les États membres particulièrement concernés par d’importants mouvements migratoires. Ce rapport porte sur les 14 États membres suivants : Allemagne, Autriche, Bulgarie, Croatie, Danemark, Espagne, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Italie, Pays-Bas, Pologne et Suède.

La FRA publie ses « panoramas » mensuels de la migration depuis septembre 2015.