Les tensions aux frontières et la souffrance des migrants sont toujours d’actualité dans les États membres

La situation aux frontières intérieures et extérieures de l’UE, lorsque les migrants qui entrent ou transitent par l’UE sont contrôlés par des agents, demeure tendue à certains endroits ; tel est le constat que fait l’agence dans son dernier rapport sur les questions relatives aux droits fondamentaux en matière de migration. Elle souligne également certaines difficultés que de nombreux migrants, notamment des femmes et des enfants, continuent de rencontrer.

Lire les faits marquants de mai 2018 >>

Le rapport, qui examine la situation dans 14 États membres de l’UE, révèle comment les migrants sont renvoyés sans avoir la possibilité d’introduire une demande de protection internationale en France, en Croatie, en Espagne, en Hongrie, en Pologne et en Grèce.

L’Autriche, le Danemark, la France, l’Allemagne et la Suède ont prolongé les contrôles aux frontières intérieures de l’espace Schengen pour une durée de six mois supplémentaires. Entre l’Italie et la France, les tensions sont restées grandes avec des cas de pratiques inappropriées de la police française aux frontières ayant été rapportés.

Pour les migrants qui se trouvent déjà dans l’UE, des problèmes récurrents persistent.

La surpopulation demeure un problème. En Grèce, les centres d’accueil et d’enregistrement des îles de la mer Égée accueillent deux fois plus de personnes qu’ils n’ont de places. À Evros, au niveau de la frontière terrestre avec la Turquie, des centaines de personnes, y compris de nombreux enfants, sont placées dans des centres de rétention inadaptés des autorités policières locales. En Espagne, des ONG ont affirmé que le système d’accueil était sur le point de s’effondrer, notamment à Madrid, Barcelone et Bilbao, de nombreuses personnes vivant dans les rues ou dans des centres d’accueil pour sans-abri.

La souffrance de femmes et d’enfants persiste. Une étude a noté que 95 % des femmes arrivant en Italie avaient subi des violences sexuelles pendant leur voyage, 17 % d’entre elles ayant subi de telles violences dans plus d’un pays. En Hongrie, la traite des êtres humains semble s’intensifier. De plus, selon un rapport du Conseil de l’Europe, la capacité des autorités de ce pays à identifier d’éventuelles victimes de la traite parmi les demandeurs d’asile dans les zones de transit hongroises semble s’être détériorée au cours des trois dernières années. Les enfants âgés de 14 à 18 ans placés dans des centres fermés sont particulièrement vulnérables.

Le soutien des enfants non accompagnés fait souvent défaut. Ce manque de soutien pose particulièrement problème en Bulgarie, en Grèce, en Italie et en Espagne, où les chiffres augmentent, bien que le nombre global d’enfants arrivant dans ces pays ait diminué de 70 % depuis 2016. Des cas d’enfants vivant dans des conditions inhumaines sans accès à l’eau potable et devant utiliser des installations sanitaires extrêmement mal entretenues en Italie, ou vivant dans un centre surpeuplé sans eau chaude ou dans les rues en Espagne, ont été rapportés.

L’agence recueille des données sur la situation des droits fondamentaux des personnes arrivant dans les États membres particulièrement concernés par d’importants mouvements migratoires. Ce rapport porte sur les 14 États membres suivants : Allemagne, Autriche, Bulgarie, Croatie, Danemark, Espagne, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Italie, Pays-Bas, Pologne et Suède.

La FRA publie ses panoramas de la migration depuis septembre 2015.