Renforcer la coopération avec la Commission de l’Emploi et des Affaires sociales du Parlement européen

EMPL delegates MEP Jongerius and MEP Trebesius visit FRA
EMPL delegates MEP Jongerius and MEP Trebesius visit FRA
Une délégation de la Commission de l’Emploi et des Affaires sociales (EMPL) du Parlement européen s’est rendue à l’agence le 9 mai dernier afin d’étudier les modalités d’une coopération renforcée avec la FRA ainsi que d’un éventuel soutien de l’agence aux activités de la commission.

Les discussions ont porté sur les principales initiatives politiques et législatives qui occupent actuellement la commission et sur la façon dont la FRA peut davantage y contribuer. Les membres de la délégation ont été particulièrement intéressés par les travaux de la FRA relatifs aux formes graves d’exploitation par le travail, un phénomène préoccupant qui touche des ressortissants de l’UE et de pays tiers dans de nombreux États membres. En septembre, la FRA publiera les principaux résultats de la seconde phase de son projet dans ce domaine, qui concerne en particulier le point de vue des travailleurs. La pauvreté infantile, le handicap et certaines des enquêtes de grande envergure menées par l’agence ont également figuré parmi les thèmes abordés.

Par ailleurs, la FRA a présenté ses travaux sur la Charte des droits fondamentaux de l’UE, en insistant sur les droits sociaux. Comment faire en sorte que l’ensemble des organes et institutions de l’UE se fassent davantage l’écho de l’obligation de respecter la Charte, telle était la question qui a animé les débats. Le recours aux fonds de l’UE a été cité comme exemple. Il s’agit d’un domaine dans lequel l’agence est engagée. Elle assure des activités de sensibilisation et de formation auprès des autorités nationales chargées de la gestion des fonds structurels et d’investissement européens. Ces activités soutiennent les autorités nationales dans leur devoir de respect de la Charte lorsqu’elles utilisent des fonds de l’UE pour améliorer l’intégration des Roms ou pour promouvoir la désinstitutionnalisation et l’inclusion sur le marché du travail des personnes handicapées, par exemple.

Le forum des droits fondamentaux de la FRA, prévu en septembre, a également été mentionné. Sa capacité à s’attaquer aux nouvelles sources de préoccupation en ce qui concerne le travail forcé, ou à promouvoir des solutions qui permettraient de garantir des conditions de travail équitables, a été évoquée.

La délégation était composée de la Vice-présidente de la commission et coordinatrice du groupe de l’Alliance progressiste des socialistes et démocrates au Parlement européen, Mme Agnes Jongerius, députée européenne, de la Vice-coordinatrice du Groupe des conservateurs et réformistes européens, Mme Ulrike Trebesius, députée européenne, ainsi que de membres du personnel.