Tirer des enseignements de l’Holocauste pour façonner la gestion de la situation actuelle des réfugiés

Arrival of Jewish refugees, London
Arrival of Jewish refugees, London
La Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste, le 27 janvier, est l'occasion de nous rappeler nous pouvons tirer de précieuses leçons du passé et les transposer dans le monde actuel afin de favoriser la protection des droits de l’homme ainsi qu’une culture d’appartenance dans le respect de la diversité. La situation actuelle des réfugiés l’illustre parfaitement.

L’Holocauste et la Seconde Guerre mondiale ont contraint à l’exode des millions de réfugiés, de demandeurs d’asile et de personnes déplacées à l’intérieur de leur pays. Nombre d’entre eux cherchaient un refuge, un moyen d’échapper à la guerre et aux persécutions. Beaucoup de ces personnes possédaient des qualifications professionnelles et les enfants étaient présents en grand nombre parmi elles. Il existe des parallèles avec la situation actuelle ; le nombre de personnes déplacées atteint en effet à nouveau des niveaux comparables ; on en dénombre actuellement plus de 65 millions dans le monde entier.

La politique antisémite et les mesures prises à l’encontre d’autres groupes de population déployés par le régime nazi ont contraint à l’exode un nombre croissant de réfugiés qui ont fui l’Europe pour trouver ailleurs une terre d'asile. À l’époque, comme on peut l’observer actuellement dans certains pays, les gouvernements se sont montrés réticents à chercher des solutions. C’est pourquoi la conférence d’Évian a été organisée en 1938, en vue d’obtenir d’autres pays qu’ils s’engagent à accepter davantage de réfugiés juifs. Malheureusement, cette conférence n’a entraîné pratiquement aucun changement dans les politiques d’immigration de la plupart des nations qui y ont participé. Il a fallu attendre la fin de la guerre pour que soient réellement élaborées des normes internationales en matière de protection des réfugiés.

À cette époque, une culture fondée sur les préjugés, le racisme, les stéréotypes et la crainte des réfugiés s’est imposée, renforcée par la crise économique et soutenue par la rhétorique populiste des tenants du pouvoir. Cette culture exhale ses relents à l’heure actuelle, nous remémorant les dangers que représentent le racisme, la haine et l’indifférence.

Grâce aux enseignements de l’Holocauste, nous disposons du recul nécessaire pour être mieux en mesure d’aider les réfugiés aujourd’hui. Ils mettent en exergue l’importance de promouvoir et de garantir des droits de l’homme tels que l’égalité et la protection des minorités. Ils nous informent des actions entreprises par le passé pour aider les réfugiés, telles que l’initiative « Kindertransport », grâce à laquelle des milliers d’enfants non accompagnés ont pu être conduits au Royaume-Uni. Ils attirent également l’attention sur la dimension humaine de la détresse des réfugiés fuyant les régimes totalitaires. 

Il existe de nombreux autres exemples de la façon dont nous pouvons appliquer à la situation actuelle des enseignements tirés des expériences des réfugiés avant, pendant et après l’Holocauste. L’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste, dont l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne (FRA) est partenaire, dispose d’un blog appelé « Seeking protection » (en quête de protection), dédié à l'analyse de nombre de ces enseignements. La FRA a également élaboré des supports de formation en ligne sur les droits fondamentaux et l’Holocauste destinés aux agents de la fonction publique, ces supports abordent explicitement la situation des réfugiés pendant l’Holocauste et les répercussions de la conférence d’Évian.

Après la Seconde Guerre mondiale, un large éventail d’instruments de protection des droits de l’homme, ratifiés depuis lors par des pays du monde entier, ont été conçus et l’infrastructure actuelle de protection des droits de l’homme a été mise en place. C’est pourquoi la Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste est le moment de se souvenir du passé tout en nous tournant vers l’avenir.