De nouveaux efforts sont nécessaires pour préserver les droits de l’enfant

De nombreux enfants dans l’Union européenne continuent à souffrir de la pauvreté, de la discrimination ou de la violence en dépit des efforts de l’UE et des autorités nationales. Alors que les organes de l’UE se préparent à l’arrivée d’une nouvelle Commission européenne et aux élections du Parlement européen, la FRA rappelle aux futurs décideurs de l’UE la nécessité de maintenir les droits de l’enfant à l’ordre du jour dans leur programme politique.

« Aujourd’hui, les enfants sont négligés dans de nombreux domaines de notre société. Ceux issus de certains groupes, tels que les enfants roms ou migrants, sont marginalisés et continueront de l’être, à moins que nous n’agissions maintenant pour mettre un terme au cycle actuel d’exclusion », a déclaré le Directeur  de la FRA, Morten Kjaerum, à l’occasion de l’anniversaire de l’adoption de la Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant, le 20 novembre. « Les décideurs politiques européens et nationaux doivent renouveler leurs efforts pour protéger efficacement les droits de l’enfant. Un cadre européen commun en la matière constituerait un pas en avant considérable pour aider les États membres à préserver les droits de l’enfant dans l’ensemble de l’UE. »

L’UE a adopté des règlements, des directives et des plans d’action dans différents domaines touchant aux droits de l’enfant, tels que les enfants non-accompagnés, un internet plus sûr et l’exploitation sexuelle. L’Union européenne a également adopté la stratégie européenne sur les droits de l’enfant. Bien que ces efforts soient utiles, la situation au niveau national montre que beaucoup reste à faire. 

L’étude de la FRA a également fait apparaître que certains groupes d’enfants sont plus vulnérables que d’autres. Ainsi, un enfant rom sur dix en âge de scolarité obligatoire en Grèce et en Roumanie travaille en dehors de son domicile, en ramassant des objets destinés à la revente ou au recyclage ou en mendiant dans la rue. Dans seulement deux des dix pays étudiés, les enfants migrants en situation irrégulière n’ont accès aux mêmes soins de santé que les enfants ressortissants nationaux. À l’heure actuelle, la FRA étudie également la violence et l’hostilité à l’égard des enfants handicapés dans tous les États membres de l’UE. Ces recherches visent également à mettre en évidence les pratiques encourageantes susceptibles de contribuer à améliorer la situation. De plus, la FRA participe à l’élaboration de procédures judiciaires adaptées aux enfants qui aideront les organes de l’UE et les États membres à répondre aux besoins des enfants dans le cadre de telles procédures.