France / State Council / 370515 X v Ministry of Interior

Key facts of the case:

A Comorian national illegally entered the French territory on October 2010. On 13 October 2010 the prefect issued an order for his deportation, which was annulled by the Administrative court on 18 October 2010 that imposed the re-examination of his situation. By an order of 30 May 2012, the prefect refused to grant the applicant a residence permit and ordered him to leave the French territory. The appeals against this order were rejected by the Administrative court of Lyon on 2 October 2012 and by the Administrative court of appeal on 14 March 2013. The case was filed before the State Council.

Paragraphs referring to EU Charter: 

 

4. Considering that under the terms of paragraph 1 of Article 41 of the Charter of Fundamental Rights of the European Union: 'Everyone has the right to see his or her affairs handled impartially, fairly and within a reasonable time by the institutions and bodies of the Union '; and paragraph 2 of the same article: 'This right includes: the right of every person to be heard before any individual measure which could adversely affect them is taken against them; (...) '; that under the terms of paragraph 1 of Article 51 of the Charter: 'The provisions of this Charter are addressed to the institutions, bodies and agencies of the Union in accordance with the principle of subsidiarity and to the Member States only when they are implementing Union law. (...) ';

5. Considering that the provisions of Article L. 511-1 of the Code of entry and stay of foreigners and asylum, which apply to this case, issue from the provisions of the Law of 16 June 2011 on immigration, integration and nationality which have begun the transposition into domestic law of the objectives of the Directive of the European Parliament and of the Council of 16 December 2008 on common standards and procedures in Member States for returning illegal third country nationals;

6. Considering, as the Court of Justice of the European Union has held in the grounds of its judgment of 10 September 2013 referred to above, that although the authors of the Directive of 16 December 2008 framed in detail the guarantees granted to third-country nationals concerned by removal or retention decisions, they did not specify whether or under what conditions the right of those citizens to be heard should be ensured, which is part of rights of defence included among the fundamental rights enshrined in the legal order of the European Union and in the Charter of Fundamental Rights; if the obligation to respect the rights of the defence weighs in principle on the administrations of Member States when they take measures within the scope of Union law, it is up to the Member States in the framework of their procedural independence to determine the conditions under which respect for the right to be heard must be guaranteed for third-country nationals in an irregular situation;

7. Considering that the right to be heard implies that the prefectural authority, before taking a decision obliging a foreigner to leave the French territory, allows the person in this position to make written submissions and allows them, at their request, to present a verbal argument, so they are able to make known, in a useful and effective manner, their views on the proposed measure before it is applied; that, however, in the case referred to in 3.I of Article L. 511-1 of the Code of entry and residence of foreigners and asylum, where the removal decision is taken concomitantly with the refusal to grant a residence permit, the obligation to leave the French territory necessarily follows the refusal of residence; that the right to be heard does not then imply that the administration has an obligation to allow the person to present submission specifically on the decision requiring them leave French territory, since they may be heard before the decision refusing the issue of a residence permit applies;

8. Considering that when applying for or renewing a residence permit, the foreigner, in taking this approach which leads to a continuation of their regular stay on French territory, can not ignore that in the case of a refusal, an expulsion order may follow; that at the time of filing the application, they are required to detail to the administration the reasons for the request to be granted a residence permit and produce all elements likely to support this request; that it is their duty, when filing the request, which is in principle a personal presentation of the applicant at the prefecture, to bring to the administration all information deemed useful; that it is permissible, in the processing of the application, to submit to the administration any relevant additional details, and if necessary to present new elements; that the right of the person to be heard, which is thus met before the refusal of a residence permit, does not require the administrative authority to allow the person to reiterate their argument or present new observations, specifically, on the order to leave the French territory which is taken concomitantly and as a consequence of the refusal of a residence permit;

9. Considering that, to reject the claim that the prefect of the Rhone disregarded the right of MB to be heard, the Administrative Court of Appeal in Lyon ruled that: the mere fact that the prefect who refused to issue or renew a residence permit requested by the foreigner, leading to the decision of an obligation to leave French territory, did not, prior to the enactment of the deportation, on his own initiative, expressly inform the foreigner by inviting him to comment on the possibility that, in case of rejection of his application for a residence permit, he would likely be forced to leave French territory, does not imply that the foreigner had been deprived of his right to be heard, set out in paragraph 2 of Article 41 of the Charter of Fundamental Rights of the European Union; it follows from what has been said before that the Administrative Court of Appeal did not commit an error of law.

Paragraphs referring to EU Charter (original language): 

 

4. Considérant qu'aux termes du paragraphe 1 de l'article 41 de la Charte des droits fondamentaux de l'Union européenne : ‘ Toute personne a le droit de voir ses affaires traitées impartialement, équitablement et dans un délai raisonnable par les institutions et organes de l'Union ‘ ; qu'aux termes du paragraphe 2 de ce même article : ‘ Ce droit comporte notamment : / - le droit de toute personne d'être entendue avant qu'une mesure individuelle qui l'affecterait défavorablement ne soit prise à son encontre ; (...) ‘ ; qu'aux termes du paragraphe 1 de l'article 51 de la Charte : ‘ Les dispositions de la présente Charte s'adressent aux institutions, organes et organismes de l'Union dans le respect du principe de subsidiarité, ainsi qu'aux Etats membres uniquement lorsqu'ils mettent en oeuvre le droit de l'Union. (...) ‘ ;

5. Considérant que les dispositions de l'article L. 511-1 du code de l'entrée et du séjour des étrangers et du droit d'asile, applicables au présent litige, sont issues de dispositions de la loi du 16 juin 2011 relative à l'immigration, à l'intégration et à la nationalité qui ont procédé à la transposition, dans l'ordre juridique interne, des objectifs de la directive du Parlement européen et du Conseil du 16 décembre 2008 relative aux normes et procédures communes applicables dans les Etats membres au retour des ressortissants de pays tiers en séjour irrégulier ;

6. Considérant, ainsi que la Cour de justice de l'Union européenne l'a jugé dans les motifs de son arrêt du 10 septembre 2013 visé ci-dessus, que les auteurs de la directive du 16 décembre 2008, s'ils ont encadré de manière détaillée les garanties accordées aux ressortissants des Etats tiers concernés par les décisions d'éloignement ou de rétention, n'ont pas précisé si et dans quelles conditions devait être assuré le respect du droit de ces ressortissants d'être entendus, qui relève des droits de la défense figurant au nombre des droits fondamentaux faisant partie intégrante de l'ordre juridique de l'Union européenne et consacrés par la Charte des droits fondamentaux ; que si l'obligation de respecter les droits de la défense pèse en principe sur les administrations des Etats membres lorsqu'elles prennent des mesures entrant dans le champ d'application du droit de l'Union, il appartient aux Etats membres, dans le cadre de leur autonomie procédurale, de déterminer les conditions dans lesquelles doit être assuré, pour les ressortissants des Etats tiers en situation irrégulière, le respect du droit d'être entendu ;

7. Considérant que le droit d'être entendu implique que l'autorité préfectorale, avant de prendre à l'encontre d'un étranger une décision portant obligation de quitter le territoire français, mette l'intéressé à même de présenter ses observations écrites et lui permette, sur sa demande, de faire valoir des observations orales, de telle sorte qu'il puisse faire connaître, de manière utile et effective, son point de vue sur la mesure envisagée avant qu'elle n'intervienne ; que, toutefois, dans le cas prévu au 3° du I de l'article L. 511-1 du code de l'entrée et du séjour des étrangers et du droit d'asile, où la décision faisant obligation de quitter le territoire français est prise concomitamment au refus de délivrance d'un titre de séjour, l'obligation de quitter le territoire français découle nécessairement du refus de titre de séjour ; que le droit d'être entendu n'implique alors pas que l'administration ait l'obligation de mettre l'intéressé à même de présenter ses observations de façon spécifique sur la décision l'obligeant à quitter le territoire français, dès lors qu'il a pu être entendu avant que n'intervienne la décision refusant de lui délivrer un titre de séjour ;

8. Considérant que lorsqu'il sollicite la délivrance ou le renouvellement d'un titre de séjour, l'étranger, en raison même de l'accomplissement de cette démarche qui tend à son maintien régulier sur le territoire français, ne saurait ignorer qu'en cas de refus, il pourra faire l'objet d'une mesure d'éloignement ; qu'à l'occasion du dépôt de sa demande, il est conduit à préciser à l'administration les motifs pour lesquels il demande que lui soit délivré un titre de séjour et à produire tous éléments susceptibles de venir au soutien de cette demande ; qu'il lui appartient, lors du dépôt de cette demande, lequel doit en principe faire l'objet d'une présentation personnelle du demandeur en préfecture, d'apporter à l'administration toutes les précisions qu'il juge utiles ; qu'il lui est loisible, au cours de l'instruction de sa demande, de faire valoir auprès de l'administration toute observation complémentaire utile, au besoin en faisant état d'éléments nouveaux ; que le droit de l'intéressé d'être entendu, ainsi satisfait avant que n'intervienne le refus de titre de séjour, n'impose pas à l'autorité administrative de mettre l'intéressé à même de réitérer ses observations ou de présenter de nouvelles observations, de façon spécifique, sur l'obligation de quitter le territoire français qui est prise concomitamment et en conséquence du refus de titre de séjour ;

9. Considérant que, pour écarter le moyen tiré de ce que le préfet du Rhône aurait méconnu le droit de M. B...d'être entendu, la cour administrative d'appel de Lyon a jugé que la seule circonstance que le préfet qui refuse la délivrance ou le renouvellement du titre de séjour sollicité par l'étranger en assortissant cette décision d'une obligation de quitter le territoire français n'a pas, préalablement à l'édiction de la mesure d'éloignement, de sa propre initiative, expressément informé l'étranger qu'en cas de rejet de sa demande de titre de séjour, il serait susceptible d'être contraint de quitter le territoire français en l'invitant à formuler ses observations sur cette éventualité, n'est pas de nature à permettre de regarder l'étranger comme ayant été privé de son droit à être entendu, notamment énoncé au paragraphe 2 de l'article 41 de la Charte des droits fondamentaux de l'Union européenne ; qu'il résulte de ce qui a été dit précédemment qu'en statuant ainsi, la cour administrative d'appel n'a pas commis d'erreur de droit.

Language: 
French
Deciding body (original language): 
Conseil d’Etat
Language: 
French