You are here:

Dans son allocution, le directeur a souligné l’importance de la Charte des droits fondamentaux de l’UE adoptée il y a cinq ans et les développements politiques et juridiques qui en ont découlé et ont renforcé le cadre institutionnel de protection des droits fondamentaux. Le discours était, dans une large mesure, centré sur trois groupes vulnérables : les personnes handicapées, les Roms et les enfant

Le directeur a insisté sur l’importance de la ratification de la Convention des NU relative aux droits des personnes handicapées par l’UE en 2010. « La convention des NU relative aux droits des personnes handicapées est un jalon historique », a déclaré M. Kjaerum, car c’est la première fois que l’UE ratifiait une convention internationale. Cela a des conséquences sur le droit de l’UE et les institutions de l’UE, dont la FRA, devront s’adapter afin de se conformer aux dispositions de la convention.

En ce qui concerne la situation déplorable des Roms, le directeur a présenté quelques conclusions de l’enquête de la FRA sur les ménages roms et non roms. Ainsi, l’analphabétisme au sein de la communauté rom est sensiblement plus élevé que celle des ménages non roms : 15 % des hommes roms et 25 % des femmes roms ne savent ni lire ni écrire, contre 1 % de la population générale vivant à proximité. Les taux de chômage sont trois fois supérieurs à ceux du reste de la population. Il a donc demandé aux États membres de continuer à élaborer des stratégies en faveur de l’intégration des Roms, dans la mesure où elles sont des vecteurs importants de changement.

Enfin, M. Kjaerum a parlé des enfants et a averti que « nous devons veiller à ne pas perdre une génération entière en Europe », étant donné que 30 % des enfants sont aujourd’hui exposés au risque de pauvreté ou d’exclusion sociale du fait de la crise économique.

Le directeur a conclu son allocution en demandant aux députés européens de soutenir l’adoption de la directive horizontale anti-discrimination, car elle aura un impact majeur sur les victimes de discrimination dans toutes les sociétés européennes, et en insistant sur la nécessité d’évaluer les effets sur les droits fondamentaux de toute nouvelle législation ou politique de l’UE visant à lutter contre la crise.