You are here:

Lors de cet événement, qui s’est déroulé à Bruxelles le 10 décembre, la FRA a axé son discours sur les résultats de son enquête sur les personnes LGBT et sur son récent rapport sur les personnes transgenres, sans oublier l’objectif et les activités prévues du groupe de travail sur l’amélioration du signalement et de l’enregistrement des crimes de haine. Des participants, qui représentaient l’UE et les institutions européennes ainsi que la société civile, les facultés de droit nationales et les organismes de promotion de l’égalité, ont discuté de la situation actuelle en matière de crimes de haine à caractère homophobe et transphobe dans l’UE. Les discussions ont porté sur l’efficacité des systèmes nationaux de protection contre les crimes de haine et la manière dont ils pourraient être améliorés. Elles ont également souligné la nécessité d’une réponse au niveau de l’UE et envisagé des solutions possibles.