You are here:

Ce colloque, qui s’est tenu les 1er et 2 octobre à Bruxelles, avait pour but d’examiner les motifs sous-tendant l’antisémitisme et l’islamophobie dans l’UE, la conséquence de ces comportements sur la vie des personnes concernées ainsi que les façons de lutter contre ces deux phénomènes, compte tenu de leurs points communs et de leurs particularités.

« La FRA représente l’un des outils dont dispose l’UE pour combattre l’antisémitisme et l’islamophobie. Au vu de nos enquêtes menées à grande échelle, il apparaît que la situation en la matière est préoccupante. Qui plus est, les victimes ne font pas confiance à la police et ne signalent donc pas les actes perpétrés à leur encontre », a déclaré M. Constantinos Manolopoulos, directeur par interim de la FRA, lors de son intervention le premier jour du colloque.

« Nous disposons dans l’UE d’un cadre juridique solide mais, comme nous l’avons entendu, celui-ci n’est pas toujours mis en œuvre dans chacun des États membres » a indiqué M. Friso Roscam Abbing, chef du département « Communication », qui a animé le second jour du colloque le débat Favoriser la législation en matière d’égalité et promouvoir des politiques de non-discrimination. « Nous devons à présent aller de l’avant en cherchant des propositions et des solutions pour remédier aux manquements et supprimer les obstacles que nous rencontrons dans la lutte contre l’antisémitisme et l’islamophobie. »

Avant la tenue du colloque, la FRA a publié sa vue d’ensemble annuelle des données sur l’antisémitisme dans l’UE, dans laquelle elle souligne qu’il n’existe toujours pas de données chiffrées fiables et comparables, essentielles pour contribuer à lutter efficacement contre ce phénomène. La FRA a par ailleurs publié une contribution, dans laquelle elle appelle à déployer davantage d’efforts pour reconnaître la diversité ethnique, linguistique, culturelle et religieuse dans nos sociétés afin de combattre le sentiment d’insécurité et de peur que ressentent actuellement les membres de minorités ethniques et religieuses dans l’UE.

En 2014, la FRA a créé un groupe de travail sur la lutte contre les crimes de haine, qui coopère avec l’ensemble des 28 États membres de l’UE, ainsi qu’avec la Commission européenne, le Conseil de l’Europe et l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe, afin d’améliorer le recensement et d’encourager le signalement des crimes de haine de tout type. La FRA souhaite également favoriser une approche multi-agences susceptible de renforcer la collaboration entre les organismes publics et les organisations non gouvernementales pertinents, et souligne l’importance à accorder à la formation des forces de police et de tous ceux qui travaillent en première ligne sur ces questions. La FRA proposera en 2016 une boîte à outils sur les pratiques encourageantes, afin de soutenir les États membres dans leurs efforts en vue de combattre plus efficacement les crimes de haine.