You are here:

« Cette année, déjà plus de 370 personnes sont décédées en tentant de trouver une vie meilleure de l’autre côté de la Méditerranée », déclare le directeur de la FRA, Morten Kjaerum. « Un ensemble exhaustif de mesures diverses est nécessaire pour réduire les pertes humaines en mer et les abus commis par les trafiquants d’êtres humains. L’une de ces actions de l’UE et de ses États membres doit être de redoubler leurs efforts pour faire en sorte que des solutions juridiques soient disponibles et plus accessibles pour afin que davantage de personnes puissent jouir de leur droit d’asile et entrer dans l’UE en toute sécurité. »

En 2013, pour la première fois depuis la Seconde Guerre Mondiale, le nombre de réfugiés, de demandeurs d’asile et de personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays, a franchi le cap des 50 millions de personnes dans le monde. De nombreux réfugiés risquent d’être exploités et d’être victimes d’abus, étant donné que les possibilités d’entrer et de séjourner légalement dans l’UE sont très limitées pour les personnes ayant besoin d’une protection.

Le Focus de la FRA intitulé Legal entry channels to the EU for persons in need of international protection: a toolbox (Voies d’entrée légales dans l’UE pour les personnes ayant besoin d’une protection internationale : une boîte à outils) décrit différents moyens susceptibles d’augmenter les entrées légales dans l’UE de personnes ayant besoin d’une protection internationale. Il ne traite pas des demandeurs d’asile qui apparaissent à la frontière ou qui sont déjà dans l’UE. Ces derniers devraient être traités équitablement, conformément à l’acquis de l’UE en matière d’asile, et dans plein respect du principe de non-refoulement et de l’interdiction des expulsions collectives.

Ce document présente des solutions avec une boîte à outils que les États membres pourraient utiliser pour permettre à davantage de personnes d’entrer dans l’UE sans recourir à des trafiquants. Parmi ces solutions, figurent notamment :

  • des régimes liés aux réfugiés, comme la réinstallation, les admissions humanitaires, la délivrance de visas pour raisons humanitaires (dans le cadre de Schengen ou en vertu de la législation nationale), et la protection temporaire ;
  • des programmes officiels de mobilité – tels que ceux qui existent pour les membres de la famille de personnes résidant dans l’UE, les étudiants, les travailleurs migrants et d’autres catégories de personnes – qui pourraient être rendus plus accessibles aux réfugiés séjournant dans des pays tiers.

Le document de la FRA recense les avantages et les risques de l’entrée légale et propose des mesures pouvant être mises en œuvre afin de surmonter ces risques. Les pratiques encourageantes présentées dans le document indiquent que plusieurs États membres de l’UE et d’autres pays ont déjà instauré différents systèmes et programmes d’entrée légale. Ceux-ci pourraient être étendus et pourraient inciter d’autres États membres à s’engager dans cette voie.

Le Focus suggère également que la multiplication des voies légales pour entrer dans l’UE devrait constituer un élément essentiel du futur plan de lutte contre la traite des êtres humains de la Commission européenne. D’autres suggestions indiquent que l’UE devrait proposer des approches communes pour l’entrée légale sur son territoire, favoriser l’échange de pratiques encourageantes entre les États membres et soutenir financièrement les efforts nationaux visant à augmenter les voies d’entrée légales.

Globalement, il conviendrait que les institutions et les États membres de l’UE créent davantage de possibilités d’entrer dans l’Union de manière légale. Cela contribuera ainsi à sauver des vies et à réduire les abus dont sont victimes les personnes qui tentent d’entrer dans l’UE.