You are here:

Consultez ici le « Focus » sur les problèmes majeurs de l’année écoulée et les faits marquants issus de la collecte mensuelle de données.

Le rapport met en lumière ces quatre domaines prioritaires à l’issue de l’examen des données recueillies au cours de l’année écoulée. Il signale les domaines clés qui doivent être traités afin de mieux protéger les droits des demandeurs d'asile et des migrants. Voici quelques-unes des conclusions principales :

  1. Enfants non accompagnés – Des installations inadaptées de premier accueil des enfants aboutissent souvent à la disparition d’enfants. Un personnel qualifié et des consignes claires pour identifier les enfants à risque font souvent défaut. La tutelle continue de poser problème, en raison de la longueur des délais pour désigner un tuteur ou du recours temporaire à un personnel chargé de l’accueil qui fait obstacle à la protection de l'enfance et au regroupement familial. De plus, les enfants se heurtent à des obstacles juridiques et pratiques dans l’accès aux procédures d’asile. Ils peuvent aussi être placés en rétention pour les protéger et éviter qu'ils ne s’enfuient.
  2. Violence et discours haineux à l’égard des migrants – Les crimes de haine et les discours haineux restent une préoccupation importante et semblent s’aggraver et se répandre dans quelques États membres. Ils incluent des agressions physiques et des homicides, la dégradation de biens, y compris les incendies volontaires, des menaces à l’encontre des travailleurs sociaux et des prestataires de services et des manifestations hostiles envers les réfugiés. Ces incidents sont souvent influencés par la politique et commis, en partie, par des groupes d’autodéfense. Des cas de violence policière ont également eu lieu.
  3. Sécurité et protection dans les centres d’accueil - Même si diverses mesures de protection et de sécurité sont prises, des cas d’abus et d’agressions à caractère sexuel sur des femmes et des enfants ont été signalés. Ce phénomène met en évidence la nécessité de mesures spécifiques pour protéger les personnes vulnérables de la violence, des mesures qui font souvent défaut.
  4. Impact sur les communautés locales – Le manque d’informations et de contacts entre les communautés locales et les réfugiés contribue à l’hostilité croissante au sein de nombreuses communautés locales. Il semble néanmoins que le transfert de budgets aux autorités locales pour faire face aux effets des arrivées et l’intégration des enfants migrants dans les écoles locales s’améliorent.

De nombreux défis restent toutefois à relever pour protéger les demandeurs d'asile et les migrants. Ce rapport insiste sur les problèmes persistants rencontrés au cours de l’année écoulée et auxquels l’UE et ses États membres doivent apporter une solution de toute urgence.

La Commission européenne a demandé à l’agence de recueillir des données sur la situation des droits fondamentaux des nouveaux arrivants dans les États membres, en particulier ceux affectés par d'importants mouvements migratoires. Les pays concernés sont l'Allemagne, l'Autriche, la Bulgarie, la Grèce, la Hongrie, l'Italie et la Suède. À partir du mois prochain, le rapport de l’agence couvrira le Danemark, l’Espagne, la Finlande, la France, les Pays-Bas, la Pologne et la Slovaquie.

La FRA publie des aperçus depuis septembre 2015. Chaque aperçu couvre des questions telles que :

  • l'enregistrement initial et les demandes d'asile,
  • les poursuites pénales engagées pour des délits liés au franchissement irrégulier de frontières,
  • la protection des enfants,
  • les conditions d'accueil des nouveaux arrivants,
  • l’accès aux soins de santé,
  • la réaction de la société civile, à savoir les rassemblements de soutien, l’aide humanitaire ou le travail bénévole par exemple,
  • les incidents racistes tels que les manifestations, les discours haineux en ligne ou les crimes de haine.

Le mois prochain, le « Focus » sera consacré aux discours haineux et aux crimes de haine.