You are here:

Publication

Publication date: 30 June 2016

Forum des droits fondamentaux - Déclaration du Président

En mai 2016, la Commission européenne a publié son premier rapport sur les progrès réalisés dans la lutte contre la traite des êtres humains. Elle y souligne l’ampleur du phénomène. Rien qu’en 2013-2014, bien avant la situation actuelle, on recensait plus de 15 000 victimes de la traite. Et il s’agit probablement d’une grossière sous-estimation, étant donné qu’il est complexe de rendre compte de ce phénomène. Le rapport fait également état d’une forte augmentation du nombre d’enfants victimes, les enfants destinés à une criminalité forcée et à une exploitation sexuelle étant de plus en plus nombreux. Le rapport de la Commission épingle également les défis persistants que sont l’identification des victimes, la pénurie de tuteurs pour les enfants victimes et la participation limitée des services de protection de l'enfance dans les mécanismes de renvoi vers les services compétents.

La protection des enfants qui empruntent la route migratoire est une priorité absolue. Elle occupe une place de choix dans la stratégie de l’UE en vue de l’éradication de la traie des êtres humains. À l’occasion du 10e Forum européen sur les droits de l’enfant, qui se tiendra les 29 et 30 novembre à Bruxelles, la Commission européenne discutera également de la protection des enfants durant la migration.

Des mesures visant à prévenir la traite des enfants ont été définies dans la déclaration du Président du Forum des droits fondamentaux qui a été formulée à la suite du Forum de la FRA en juin. Cette dernière a souligné l’importance capitale de créer des conditions d'accueil adéquates afin d’éviter que des enfants non accompagnés ne disparaissent et de contribuer à réduire le risque de traite et d’exploitation des enfants. Les conditions d’accueil inadéquates sont également un thème récurrent des rapports mensuels de l’Agence sur la situation des droits fondamentaux des personnes arrivant dans les États membres particulièrement touchés par d’importants mouvements migratoires.

La déclaration du Président a suggéré de renforcer la coopération entre les autorités nationales chargées de la protection de l'enfance et entre tous les organismes concernés par la protection de l'enfance aux niveaux national, régional et local. Cette coopération accrue pourrait prendre la forme de protocoles formels de coopération, par exemple.

De plus, les États membres et les autorités locales devraient élaborer des lignes directrices et des méthodes pratiques. Celles-ci aideraient le personnel et les professionnels et les formeraient à élaborer des normes minimales en matière de fourniture de services sociaux, de logement et de soins de santé adéquats aux victimes de la traite. Elles contribueraient aussi à identifier les victimes de la traite et les personnes à risque durant les procédures d’asile.

L’Agence continuera à collaborer avec d’autres organes et agences de l’UE et, notamment, avec le coordinateur de l'UE pour la lutte contre la traite des êtres humains. En outre, au travers des priorités de la stratégie européenne de lutte contre la traite des êtres humains, à savoir la mise en commun des connaissances, le partenariat, la prévention, la poursuite et la protection des victimes, tous œuvreront de concert pour éradiquer la traite des êtres humains dans l’Union européenne.