You are here:

Ce dernier rapport, intitulé Antisemitism: Summary overview of data available in the European Union 2005–2015 (Antisémitisme : aperçu sommaire des données disponibles dans l'Union européenne 2005-2015), révèle d'importantes lacunes dans la collecte de données sur l'antisémitisme dans les États membres de l'UE. En outre, chaque État membre recueille différents types de données, ce qui empêche une comparaison pertinente des données collectées.

Néanmoins, lorsqu'il existe des données exhaustives, celles-ci montrent que l'antisémitisme demeure un problème sérieux, qui exige des réponses politiques résolues et ciblées. Cela permettrait non seulement de mieux protéger les communautés juives contre l'antisémitisme, mais aussi d'envoyer un signal clair affirmant que, dans toute l'UE, les droits fondamentaux de l'ensemble des individus sont protégés et garantis.

Davantage d'efforts sont nécessaires pour lutter contre le faible signalement. Non seulement les victimes et les témoins doivent être encouragés à signaler les incidents à caractère antisémite, mais les autorités doivent également être dotées de systèmes permettant leur enregistrement.

Des efforts continus et soutenus aux niveaux national, européen et international, ainsi qu'au niveau de la société civile, sont nécessaires en vue d'améliorer la collecte de données sur les crimes de haine, y compris l'antisémitisme. Néanmoins, des mesures allant dans la bonne direction sont d'ores et déjà en cours d'application. Parmi celles-ci, un exemple est la nomination en décembre 2015, par la Commission européenne, d'un coordinateur de l'UE chargé de la lutte contre l'antisémitisme. Citons également les travaux accomplis par l'agence dans le cadre du groupe de haut niveau de l'UE sur la lutte contre le racisme, la xénophobie et d’autres formes d'intolérance, qui préside un sous-groupe sur les méthodologies d'enregistrement et de collecte des données sur les crimes de haine.

Des enquêtes nationales portant sur les victimes, semblables à celle que l'agence a menée auprès des personnes juives dans l'UE, peuvent également aider les États membres à évaluer l'ampleur de l'antisémitisme et leur performance dans la lutte contre ce phénomène.

Ainsi regroupés, ces éléments de preuve sont susceptibles de brosser un tableau plus complet et plus exact de l'antisémitisme. Ceci devrait permettre aux États membres de progresser dans leur lutte de longue haleine contre l'antisémitisme.

La dernière mise-à-jour du rapport regroupe les données disponibles sur les incidents antisémites collectées par des sources internationales, gouvernementales et non gouvernementales, du 1er janvier 2005 au 31 décembre 2015. Aucune donnée officielle sur les incidents antisémites signalés en 2015 n'était disponible pour la Bulgarie, Chypre, l'Estonie, la Hongrie, la Lituanie, Malte, le Portugal et la Slovénie au moment de la rédaction du rapport.

Ce rapport est le dernier d'une série de 12 rapports annuels concernant la collecte de données sur l'antisémitisme, publiés par la FRA et par l'organe qui l'a précédée, l'Observatoire européen des phénomènes racistes et xénophobes (EUMC).