You are here:

Le directeur de la FRA a expliqué que la crise des réfugiés est en réalité une crise des droits fondamentaux. Il a évoqué la situation désespérée des réfugiés entassés dans des centres où les conditions de vie se dégradent, le nombre croissant de refoulements présumés, les restrictions imposées au regroupement familial et la criminalisation des citoyens apportant une aide humanitaire. Il a averti que « si nous échouons à résoudre cette question, qui est si proche des valeurs fondatrices de l’Union, l'Europe aura échoué ».

De plus, le directeur a souligné que la crise actuelle fait de nombreuses victimes parmi les enfants : en moyenne, deux enfants meurent noyés chaque jour depuis septembre 2015. À cela, il convient d'ajouter que ceux qui arrivent jusqu’en Europe sont exposés à un risque de violence, d'abus sexuel et d'exploitation tout au long de la route migratoire.

Le directeur a également mentionné l'augmentation des crimes de haine partout dans l’Union européenne et a appelé tous les États membres à faire davantage pour éradiquer toutes les formes de crimes et de discours haineux. Il a ensuite parlé de la situation difficile à laquelle de nombreux Roms sont confrontés dans leur vie quotidienne, qu'il s'agisse de trouver un emploi ou d'accéder à l'éducation, aux soins de santé et au logement.

Le dernier sujet abordé par le directeur a été la protection des données à caractère personnel. Il a évoqué le défi constant que constitue la recherche du juste milieu entre sécurité nationale et droits fondamentaux. C'est un sujet actuellement étudié par la FRA. Selon le directeur, les droits ne devraient être limités qu’en se fondant que trois principes de base : la légalité, la nécessité et la proportionnalité.

Pour lutter contre ces problématiques, le directeur a souligné la nécessité de faire en sorte que toute nouvelle législation soit conforme aux standards de protection des  droits fondamentaux. La Charte des droits fondamentaux de l'Union européenne devrait ici jouer un rôle majeur. De même, les législations existantes devraient être évaluées et révisées afin d'atténuer les éventuelles violations des droits fondamentaux que leur mise en œuvre pourrait engendrer. Le directeur a en outre indiqué qu'il convenait de renforcer la sensibilisation aux droits afin que tous soient conscients que chacun a des droits, tant la population majoritaire que les personnes marginalisées. Chacun doit pouvoir faire valoir ses droits et demander réparation lorsque ceux-ci sont violés.

En guise de conclusion, le directeur a reconnu : « Nous avons à relever de multiples défis, mais nous ne devons pas oublier les nombreuses réalisations déjà engrangées. Les citoyens de l'Union européenne jouissent d'un niveau de justice, de liberté et de sécurité qui est inconnu dans de nombreux endroits. Nous ne devons pas considérer ces succès comme étant à jamais acquis. »

La présentation a eu lieu lors d'une conférence organisée par la Commission nationale consultative des droits de l'homme (CNCDH)et l'Institut français des droits et libertés. Des représentants d'organisations de la société civile, du monde universitaire et des autorités nationales étaient présents.