You are here:

Il a évoqué devant la commission le vaste travail de recherche mené par l’Agence sur les formes graves d'exploitation des travailleurs ressortissants étrangers dans l’Union européenne. Bien que les experts interrogés par la FRA aient signalé qu’ils constatent régulièrement des cas de formes graves d'exploitation de la main-d'œuvre, les auteurs de ces infractions sont rarement condamnés. Il existe un système d’impunité reposant sur trois piliers : la fragmentation des dispositions pénales, un contrôle insuffisant (en particulier, le manque d’inspections effectuées par les services d'inspection du travail) et l’absence d’enquêtes policières proactives.

Prenant appui sur son rapport de 2015, l’Agence des droits fondamentaux poursuivra ses travaux en 2017 en conduisant des entretiens en face-à-face avec des travailleurs étrangers ayant été exploités dans l’UE dans le cadre de leur travail. Cette étude comblera une lacune importante de la recherche en la matière et fournira aux législateurs, aux décideurs et aux responsables de la lutte contre les formes graves d'exploitation des travailleurs au niveau de l’UE et des États membres les données probantes nécessaires pour élaborer des mesures efficaces de lutte contre ce fléau.

Passant ensuite à la question des Roms, Michael O'Flaherty a présenté de nouvelles données provenant de l’enquête de la FRA sur les Roms, réalisée dans neuf États membres de l’UE et qui sera publiée à la fin du mois. Il a souligné que le taux d’emploi des Roms est nettement inférieur à celui de la population générale, tandis que l’écart entre les jeunes Roms qui ne travaillent pas et ne suivent aucun enseignement ni aucune formation et les autres jeunes de l'UE dans son ensemble ne cesse de se creuser.

Pour conclure, le directeur a souligné que dans le domaine du handicap, l’UE enregistre un écart de 23 points entre le taux d’emploi des personnes handicapées et celui des autres personnes, 48 % seulement des personnes handicapées ayant un emploi. Cet écart important et persistant met en évidence la nécessité d’une action plus systématique et ambitieuse de l’UE et de ses États membres.

Après son exposé, le Directeur a eu un échange de vues constructif avec les membres de la commission. Les membres du Parlement européen présents ont manifesté un vif intérêt pour la problématique des formes graves d'exploitation de la main-d'œuvre et ont insisté sur la nécessité d’accorder une priorité plus élevée aux droits économiques et sociaux dans l’agenda de l’UE. Un grand nombre d’entre eux étaient d’avis que les États membres de l’UE doivent être plus actifs dans la lutte contre l’exploitation de la main-d'œuvre et renforcer la coopération transnationale dans ce domaine.