You are here:

« Les violences épouvantables commises à Cologne et ailleurs le soir de la Saint Sylvestre ont constitué de graves atteintes aux droits des victimes. Les droits sont les mêmes pour tous, et toute personne doit être respectée », a déclaré Michael O’Flaherty, directeur de la FRA. « Cependant, les recherches menées par notre agence démontrent clairement que la majorité des auteurs de violences à l'encontre des femmes sont des membres de la famille, des amis ou des connaissances des victimes. Les événements qui se sont produits le mois dernier ne doivent pas servir de prétexte pour encourager les préjugés à l'encontre des migrants ou de tout autre groupe. »

Le rapport inédit de la FRA sur la violence à l'égard des femmes, basé sur une enquête représentative menée auprès de 42 000 femmes de l'ensemble de l'Union européenne, a montré que les femmes risquent d'être victimes de violences fondées sur le genre dans tous les aspects de la vie, à la maison et au travail, en public et en ligne. Parallèlement, la majorité des violences sont commises par des personnes que la victime connaît :

  • 22 % des femmes ont été victimes de violences commises par un(e) partenaire.
  • Parmi les femmes qui ont été victimes de violences physiques ou sexuelles commises par une personne qui n’était pas leur partenaire,
  • 30 % ont identifié un membre de leur famille comme l'auteur de ces violences, 22 % un(e) ami(e) ou une connaissance, et 22 % une autre personne connue de la victime.
  • Au total, 30 % des femmes ont déclaré que l'auteur des violences physiques ou sexuelles qu'elles avaient subies était un(e) inconnu(e).

Depuis la publication des résultats, qui indiquent de toute évidence que des mesures doivent être prises par des groupes aussi divers que les décideurs politiques, les fournisseurs d'accès à l'internet et les professionnels de la santé, la FRA dialogue activement avec les institutions européennes, des gouvernements nationaux, des organismes internationaux et des organisations non gouvernementales.

Dans son analyse des résultats de l'enquête, la FRA souligne les aspects suivants :

  • les campagnes de lutte contre la violence à l'égard des femmes devraient s'adresser aussi bien aux hommes qu'aux femmes, dans la mesure où toute solution visant à mettre un terme à cette violence devrait faire intervenir les hommes également ;
  • les États membres de l'UE devraient ratifier la Convention d'Istanbul du Conseil de l'Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l'égard des femmes et la violence domestique ;
  • la police, les professionnels des soins de santé, les employeurs et les services spécialisés d'aide aux victimes devraient être bien formés et dotés des ressources et des pouvoirs nécessaires pour aider les victimes ;
  • les fournisseurs d'accès à l'internet et les entreprises spécialisées dans les réseaux sociaux devraient aider de façon préventive les victimes de cyber-harcèlement à signaler des abus ;
  • la collecte de données sur la violence à l'égard des femmes dans les États membres de l'UE devrait être améliorée et harmonisée.